L’autoroute ouverte au mieux «dans deux ou trois jours»

En direction est, l’autoroute a été rouverte mercredi matin dans ce secteur, de même que la voie de desserte, ce qui permettra un peu plus de mobilité.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir En direction est, l’autoroute a été rouverte mercredi matin dans ce secteur, de même que la voie de desserte, ce qui permettra un peu plus de mobilité.

* * * À noter que les voies fermées ont finalement été rouvertes à la circulation jeudi matin. Pour plus de détails. * * *

Les automobilistes qui empruntent l’autoroute Métropolitaine devront prendre leur mal en patience, car il semble bien que la portion en direction ouest de cette artère majeure ne sera pas encore rouverte jeudi.

En fait, en point de presse mercredi après-midi, le ministre des Transports, Jacques Daoust, a laissé entendre que le meilleur scénario pour une réouverture serait « dans deux ou trois jours ».

M. Daoust a expliqué que l’évaluation de l’état de la situation se faisait rapidement et qu’on devait pouvoir obtenir un diagnostic plus complet dans les 12 prochaines heures, soit tôt jeudi. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a ajouté que l’on ne pouvait pas se permettre de laisser passer les voitures sur la structure tant qu’on ne connaissait pas l’étendue des travaux à faire.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, demande à la population d’être patiente. Aux côtés des ministres lors du même point de presse sur les lieux de l’accident, M. Coderre n’avait pas écarté plus tôt la possibilité que l’artère soit ouverte pour l’heure de pointe en fin de journée, jeudi, mais a indiqué qu’on ne pourra pas le confirmer avant que les experts aient déterminé que les lieux sont sécuritaires. Le conducteur d’un camion-citerne est mort et six autres personnes ont été blessées légèrement dans la collision.

En direction est, l’autoroute a été rouverte mercredi matin dans ce secteur, de même que la voie de desserte, ce qui permet un peu plus de mobilité.

« Demain matin [jeudi], on devrait être en mesure d’évaluer l’ampleur des dommages, à savoir s’ils sont superficiels, moyens ou sévères. Et seulement alors, on pourra déterminer quand on pourra légitimement ravoir notre circulation de façon fluide », a dit le ministre Daoust.