Virée dans la nature pour des jeunes des HLM

<p>Cinquante jeunes ont pu faire une excursion en forêt, du rabaska et du mini-rafting au parc de la Jacques-Cartier.</p>
Photo: Office municipal d'habitation de Québec

Cinquante jeunes ont pu faire une excursion en forêt, du rabaska et du mini-rafting au parc de la Jacques-Cartier.

Pour la première fois cette année, un groupe de jeunes résidents d’habitations à loyer modique (HLM) de Québec ont pu avoir accès gratuitement au parc de la Jacques-Cartier. L’initiative a connu un tel succès qu’on parle déjà de la répéter l’an prochain.

Le président de la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ), John McKay, dit vouloir ainsi compenser le « déficit nature » de nombreux jeunes qui vivent en ville. « La SEPAQ veut lutter contre ce fléau », a-t-il dit dans un communiqué.

L’activité, qui s’est déroulée le 29 juillet, a permis à 50 jeunes de parcourir le parc, de faire du rabaska, et même du mini-rafting.

Ce sont des jeunes qui ne sortent pas souvent de leur secteur [...], ils ont vraiment été épatés par cet endroit-là

 

Les coûts de l’activité, leur lunch et le transport étaient assumés par la SEPAQ et l’Office municipal d’habitation de la ville de Québec (OMHQ). En excluant les frais de transport par autobus, la facture s’élevait à un peu plus de 2500 $.

« Ambiance incroyable »

Jocsan Mancilla, 14 ans, fait partie des jeunes qui y ont participé. Originaire de la Colombie, il réside dans le HLM de l’avenue Bourlamaque depuis huit ans. « C’était l’fun parce qu’on pouvait rigoler avec les animateurs. Il y avait une ambiance incroyable. »

L’adolescent n’en était pas à sa première activité dans la nature et il raconte que ses parents l’ont déjà emmené en camping, mais il se réjouit d’avoir pu « découvrir une nouvelle chose ». Son moment préféré, raconte-t-il, a eu lieu lors de la marche en forêt. « Pendant la randonnée, je suis parti en avant des autres. C’était tellement tranquille, ça m’a permis de penser à toutes sortes de choses. »

Son animatrice, Catherine Parenteau, explique que les adolescents qui vivent en HLM ont quand même accès à certaines activités en nature l’été par l’entremise du centre communautaire, qui se trouve au sous-sol de l’immeuble.

Mais, ajoute-t-elle, la plupart des parents ont des moyens limités. « Surtout pour une activité comme le rafting. Pour nous, ça peut sembler abordable, mais ce n’est pas accessible pour tout le monde. » Elle raconte que les jeunes étaient si fatigués à la fin de la journée « qu’ils ont tous dormi dans l’autobus ».

L’animateur d’un autre HLM situé dans Vanier salue également cette initiative. « Ce sont des jeunes qui ne sortent pas souvent de leur secteur […]. Ils ont vraiment été épatés par cet endroit-là », lance Gabriel Turcotte.

Les guides animateurs du parc de la Jacques-Cartier ont, eux aussi, été emballés par la journée. « Il fallait voir le plaisir dans leurs yeux, résume la responsable des guides, Lise Genoix. Ça fait 40 ans que je fais ça et ça m’a vraiment émue de les voir. »

Cette initiative est née d’une idée du directeur de l’OMHQ, Claude Foster, et de M. MacKay, qui a déjà oeuvré dans le milieu de l’habitation comme président de la Société d’habitation du Québec (SHQ). M. Foster a confirmé cette semaine que l’activité sera de retour l’été prochain.