Bain souffrirait d’un trouble bipolaire

Richard Henry Bain était psychotique et présentait les symptômes d’un épisode maniaque, selon une psychiatre.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Richard Henry Bain était psychotique et présentait les symptômes d’un épisode maniaque, selon une psychiatre.

Une psychiatre qui avait rencontré Richard Henry Bain deux semaines après son arrestation en 2012 soutient que l’homme était manifestement dans un épisode maniaque causé par un trouble bipolaire (psychose maniaco-dépressive).


Marie-Frédérique Allard est l’un des témoins appelés à la barre par la défense au procès de Richard Bain, qui a plaidé non coupable aux six chefs d’accusation déposés contre lui. Il est accusé de meurtre prémédité, de trois tentatives de meurtre, de possession de matériel incendiaire et d’incendie criminel, à la suite de la fusillade du Métropolis le soir de l’élection de Pauline Marois, le 4 septembre 2012.


La Couronne maintient que le crime de nature politique était prémédité, alors que la défense plaide que son client devrait être reconnu non criminellement responsable pour cause de troubles mentaux.


Marie-Frédérique Allard, une psychiatre judiciaire, a raconté mercredi aux jurés que l’avocat de M. Bain à l’époque lui avait demandé de rencontrer son client dans un centre de détention, le 18 septembre 2012, afin de procéder à son évaluation psychologique. Selon Mme Allard, il était évident, à l’issue d’un entretien de trois heures, que Richard Henry Bain était psychotique et présentait les symptômes de manie bipolaire.


La psychiatre a aussi remarqué que M. Bain ne semblait pas réaliser qu’il faisait face à la plus grave des accusations criminelles. Il soutenait alors qu’il accomplissait les desseins de Dieu, qui sera son juge, a indiqué Mme Allard.


Elle estime que l’accusé était probablement fragile au moment de la fusillade, mais que les comportements étranges qu’il aurait affichés dans les jours précédents ne lui permettent pas de poser un diagnostic. Au lendemain de cet entretien, la docteure Allard a appelé le psychiatre traitant de M. Bain pour que l’on cesse l’administration d’antidépresseurs, qui ont tendance à provoquer de tels épisodes maniaques.

6 commentaires
  • Marc Tremblay - Abonné 28 juillet 2016 00 h 09

    Trouble bipolaire

    C'est une maladie qui se soigne et se contrôle. Bain ne peut pas être absout en raison de cela.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 28 juillet 2016 08 h 41

      En effet, presque le cinquième de la population souffre de ce syndrome de nos jours et, ce pourrait être ...génétique.

      Le 20% qui a voté pour le PLQ aux dernières lections.

      Un des symptômes est: un comportement "insouciant" (sic) sans égard aux conséquences potentielles.

  • Bernard Terreault - Abonné 28 juillet 2016 07 h 23

    Étrange

    Pourquoi un individu qui a un tel diagnostic peut-il se procurer légalement des armes à feu ?

  • Lise Bélanger - Abonnée 28 juillet 2016 07 h 51

    M. Bain préméditait son geste depuis longtemps en toute conscience. Sa haine des indépendantistes reflètent une certaine pensée anglophone québécoise et canadienne, ne serait-ce que tacitement.

    Ce n'est pas un élan de folie qui l'a conduit à tuer un innocent et surtout à vouloir tuer une première ministre indépendantiste, mais une haine profonde du peuple québécois qu'il refuse de voir au pouvoir. Il n'accepte pas la défaite anglaise au Québec. Il s'agit d'un attentat politique.

    Bien sur il est désiquilibré etc... Mais cela n'empêche aucunement sa responsabilité, il était conscient de son geste, sa haine a pris le dessus sur la retenue qui s'impose en société démocratique.

    M. Bain savait très bien ce qu'il faisit et pourquoi il le faisait. Qu'on interne ce fou dangereux et qu'il soit jugé sur son évidente responsabilité.

  • Gilles Théberge - Abonné 28 juillet 2016 08 h 41

    Il est à souhaiter que les procureurs de la "couronne" ne se comporteront pas comme des pieds, comme cela s'est vu dans plusieurs dossiers.

    Il serait désolant, que l'attentat terroriste visant la première ministre du Québec et qui s'est soldé par le meurtre d'une personne passe à la moulinette d'un vulgaire trouble mental qui se soigne, et se contrôle...

    Se ...contrôle !

  • Marc Leclair - Inscrit 28 juillet 2016 11 h 46

    Absolution 101

    Bipolaire! Ah c'était donc ça!

    Alors dans ce cas mon cher Monsieur Bain, vous réciterez cinquante "Notre Père" et cent "Je Vous Salue Marie".

    Allez en paix et surtout ne recommencez pas là!