Les questions excentriques de la semaine

Il n'est pas poli de mettre les coudes sur la table...
Photo: iStock Il n'est pas poli de mettre les coudes sur la table...

La réponse à des questions que vous vous êtes toujours posées sans avoir jamais cherché à connaître la réponse…

Pourquoi ne doit-on pas dire « bon appétit » ?

Si vous pensez qu’il s’agit d’une formule de politesse, eh bien, vous êtes loin du compte. L’intention est bonne, mais l’expression, incorrecte. Si cette invitation est aujourd’hui largement répandue, souhaiter « bon appétit » revient à souhaiter un « bon estomac », voire pire : un « bon transit intestinal », ce qui paraît pour le moins incongru. La règle date de la fin du Moyen Âge, une époque où le repas et la cuisine sont considérés comme de véritables arts de la table. Le plaisir de manger y dépasse désormais le besoin physiologique. Et dire « bon appétit » réduit les mets délicats à leur processus de digestion. Cela donne l’impression de simplement nourrir son estomac, ce qui est bien loin de l’image raffinée de l’époque.

Voilà donc pourquoi le fameux « bon appétit » est à éviter. D’ailleurs, si vous le dites dans certains milieux ou dans certaines cultures, vous serez assimilé à un véritable rustre, comme presque partout ailleurs qu’en Europe. À l’heure où la cuisine est un art à part entière, c’est bon à savoir pour éviter un incident diplomatique à table !

Pourquoi ne doit-on pas mettre les coudes sur la table ?

Un principe qui a traumatisé tous les enfants lors des interminables repas de famille. Il faut remonter au Moyen Âge pour comprendre cette règle de savoir-vivre. À cette époque, nombreuses étaient les personnes qui se réunissaient autour de la table pour partager le repas. On était donc plus serré, avec peu d’espace pour chacun. Alors, pour ne pas gêner ses voisins, il n’était pas convenable de poser les coudes sur la table.

Néanmoins, une deuxième théorie existe. Elle est plus sanglante. Toujours au Moyen Âge, les repas pouvaient tourner à la tragédie, tant les convives avaient la lame facile, même pour une querelle sans importance. Comme ces derniers avaient leurs épées sur eux en permanence, chacun craignait que son voisin ne dégaine la sienne. Il était donc demandé à tous de placer les mains bien en vue sur la table. Mettre ses coudes sur la table, avoir les bras croisés ou les mains en dessous de la table étaient perçus comme des postures hostiles.

Nous ne portons aujourd’hui plus d’armes sur nous. Quoique… Mais la coutume a perduré au fil des siècles…