Les questions excentriques de la semaine

La réponse à des questions que vous vous êtes toujours posées sans avoir jamais cherché à connaître la réponse… Première d’une série.

Pourquoi les balles de tennis sont-elles jaunes ?

On ne pourrait les imaginer dans un autre apparat. Mais le fait est qu’elles n’ont pas toujours été de cette couleur criarde. À l’origine, les joueurs de tennis s’échangeaient des balles blanches. Ce n’est qu’au début des années 1970, alors que le sport commence à être largement diffusé à la télévision (nouvellement en couleur !), que se pose la question de la visibilité. Les blanches sont difficiles à distinguer pour les téléspectateurs, au milieu des lignes de même couleur et des vêtements immaculés des joueurs.

Alors, la Fédération internationale de tennis décide d’introduire le jaune fluorescent, l’« optic yellow ». Si tous les grands tournois l’ont depuis adopté, les balles blanches sont encore officiellement autorisées sur le circuit professionnel.

Malgré le perfectionnement de la fabrication au fil des ans, la durée de vie d’une balle de tennis reste relativement limitée : au cours d’un tournoi comme Wimbledon, on en change après neuf jeux. Sur les deux semaines de compétition, ce sont ainsi plus de 50 000 d’entre elles qui auront foulé le gazon.

Pourquoi dit-on « allô » lorsqu’on décroche le téléphone ?

L’origine de notre « allô » vient du mot anglais hallow, qui veut dire « sanctifier, vénérer ». Un terme utilisé par les marins anglais comme salut : « Sois béni. » Le terme dériva alors comme salutation entendue dans un sens plus général et devint le mot bien connu hello, qui signifie « bonjour ».

Au téléphone, le terme anglais constitue la salutation introductive de référence. Par le passé, les standardistes étaient même surnommées les hello girls. À l’origine, il n’y avait pas de clavier pour composer le numéro : elles vous demandaient à qui vous souhaitiez parler. Une autre théorie soutient que Thomas Edison (1847-1931), l’inventeur du phonographe et du télégraphe, aurait décroché pour la première fois l’appareil inventé par Graham Bell en 1871 en disant instinctivement « Hello ».

Puis hello s’est transformé en « allô » en France, ou encore en hallo en Allemagne, hola en Espagne, hallå en Suède. Et bien d’autres encore… Tandis qu’en Italie et au Japon, on dit respectivement pronto et moshi-moshi.