Nouveau drame en Russie - Au moins 25 morts dans l'effondrement du toit d'un parc aquatique à Moscou

Deux hommes quittent les décombres du parc aquatique de Moscou dont le toit s’est effondré, samedi, faisant au moins 25 morts et une centaine de blessés. Environ 800 personnes se trouvaient dans cet immense centre de loisirs, dont 352 dans la zone a
Photo: Agence Reuters Deux hommes quittent les décombres du parc aquatique de Moscou dont le toit s’est effondré, samedi, faisant au moins 25 morts et une centaine de blessés. Environ 800 personnes se trouvaient dans cet immense centre de loisirs, dont 352 dans la zone a

Moscou — Des sauveteurs aidés de chiens poursuivaient les recherches hier dans les décombres du parc aquatique couvert du Transvaal à Moscou, avec l'espoir de retrouver des survivants. Un vice de construction pourrait être à l'origine de l'effondrement du toit, qui a fait au moins 25 morts et une centaine de blessés samedi.

Le parc, dont la toiture de verre et de béton s'est écroulée samedi après-midi, se trouve dans le sud-ouest de la capitale. Il avait été construit en 18 mois et avait ouvert ses portes en 2002. De nombreuses installations de loisirs sont apparues récemment en Russie pour attirer les clients aisés de Moscou et de ses environs.

Les premiers témoignages avaient fait état d'une explosion, mais, selon le maire Youri Loujkov et d'autres responsables, rien ne suggère qu'une déflagration soit à l'origine de la catastrophe. Le premier magistrat a fait état de 25 morts, mais l'agence de presse ITAR-Tass, citant des pompiers, parlait de 28 décès, dont au moins six enfants.

La peur des attentats est en effet très forte depuis celui qui a été commis le 6 février dans le métro de Moscou, qui a fait 41 morts et plus de 100 blessés. Le président Vladimir Poutine l'a imputé aux rebelles tchétchènes.

Enquête criminelle

Les enquêteurs, dans la catastrophe du Transvaal, étudient plusieurs hypothèses pour expliquer l'effondrement du toit. Ils s'intéressent notamment au poids de la neige qui s'était accumulée sur la structure, à l'important écart de température entre l'intérieur et l'extérieur et à une infiltration dans le béton.

Une enquête criminelle a été ouverte pour homicides par négligence, a déclaré le procureur de Moscou, Anatoli Zouïev, pour qui l'accident est probablement dû à un vice de construction ou à un défaut d'entretien. Il a ajouté que les enquêteurs avaient commencé à interroger les responsables du parc aquatique, ses architectes, ingénieurs et constructeurs, et qu'ils entendraient aussi les témoins. Les gravats vont être analysés.

Le comité d'État pour la construction, le Gosstroï, a suspendu les permis du groupe turc qui avait édifié le Transvaal, Kocak Insaat, ainsi que ceux du cabinet d'architecture russe, selon l'agence Interfax.

Les recherches continuent

Pendant ce temps, les recherches continuaient dans les décombres du parc, où des générateurs ont été apportés afin d'insuffler de la chaleur, qui pourrait accroître les chances de survie d'éventuels rescapés dans le mélange de béton, d'acier, de verre et de neige, par des températures de moins 15 degrés Celsius. Le silence était imposé à intervalles réguliers pour guetter des signes de vie.

Une fête d'anniversaire pour un enfant se déroulait dans la zone aquatique du parc au moment de l'accident, d'après le porte-parole de la police moscovite, Kirill Mazourine. Environ 800 personnes se trouvaient dans le Transvaal, dont 352 dans la zone aquatique.

Le ministre des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, a ajouté que 17 personnes étaient encore portées disparues. Hier, 78 blessés étaient encore hospitalisés, dont cinq dans un état critique.