Trudeau à Kiev pour parler libre-échange et démocratie

Le premier ministre Justin Trudeau, à son arrivée à Kiev
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le premier ministre Justin Trudeau, à son arrivée à Kiev

Le premier ministre Justin Trudeau signera, lundi, le tant attendu traité de libre-échange avec l’Ukraine.

Justin Trudeau est arrivé en Ukraine dimanche, après avoir fait une visite chargée d’émotion au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne (voir encadré).

Après une première participation au sommet de l’OTAN la semaine dernière, le premier ministre doit séjourner dans ce pays d’Europe de l’Est jusqu’à mardi pour y rencontrer des leaders politiques et des groupes de la société civile. Avant son entretien avec le président ukrainien, Petro Porochenko, lundi, M. Trudeau visitera divers sites à travers la capitale où les forces nazies et soviétiques ont perpétré des atrocités au cours du XXe siècle.

Sept ans plus tard

C’est le gouvernement de Stephen Harper qui avait amorcé les négociations pour un traité de libre-échange, en 2009. Elles se sont soldées par une impasse quatre ans plus tard, après l’élection du président prorusse Viktor Ianoukovitch. Les pourparlers ont repris après qu’il a été écarté du pouvoir.

Les retombées de l’entente ne seront pas des plus considérables, mais les Ukrainiens espèrent que le traité attirera des investissements canadiens et surtout, facilitera leur virage occidental.

Après sa rencontre avec le président, Justin Trudeau se rendra à la place de l’Indépendance, où les manifestations de 2014 ont contribué à la destitution de Viktor Ianoukovitch. Plus de 100 personnes y ont laissé leur vie lors d’affrontements entre manifestants et policiers. M. Trudeau en profitera aussi pour encourager les efforts de réforme de l’Ukraine et discuter de sa lutte contre la corruption.

Dans un communiqué publié le 20 juin, le cabinet de M. Trudeau avait souligné que la visite du premier ministre vise à réitérer « l’engagement de longue date et continu du Canada à l’égard du peuple ukrainien et son soutien ferme en faveur de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine ».

Le Kremlin appuie les rebelles indépendantistes. La Russie a annexé la péninsule de la Crimée en 2014. Lors du sommet de l’OTAN, vendredi dernier, le Canada a annoncé le déploiement de centaines de militaires en Lettonie, de même qu’une frégate et jusqu’à six avions de chasse ailleurs en Europe de l’Est, en soutien à une mission de l’OTAN. Les membres de l’alliance cherchent à dissuader la Russie de tenter des agressions ou des intrusions dans les pays qui longent ses frontières à l’ouest.

Visite émotive à Auschwitz

Cracovie — Le premier ministre Justin Trudeau a effectué une visite très émotive dimanche à l’ancien camp de concentration nazi d’Auschwitz, en Pologne. M. Trudeau a franchi les clôtures de fil barbelé pour explorer les chambres à gaz où plus d’un million de personnes, en très grande majorité des Juifs, ont été tuées durant la Deuxième Guerre mondiale. Un survivant du camp, Nate Leipciger, 88 ans, qui vit à Toronto, l’a accompagné durant ces trois heures. M. Leipciger racontait son expérience dans le camp, où il est arrivé en 1943, à l’âge de 11 ans. Justin Trudeau n’a pas pu retenir ses larmes devant la chambre où la mère et la soeur de M. Leipciger ont perdu la vie, il y a 70 ans. « Il a pleuré avec moi, a dit M. Leipciger. Il a partagé ses larmes avec moi. » M. Trudeau a laissé pour message dans le livre des visiteurs que « l’humanité doit apprendre à aimer les différences » et que « la tolérance n’est pas suffisante ».
2 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 10 juillet 2016 13 h 23

    Un long silence

    L'émotion ne peut que vous étreindre en visitant Auschwitz et en particulier Auschwitz II(Birkenau): un grand champ dénudé, une longue allée, et quelques baraques. Un long silence alors s'établit; et puis on quitte l'endroit, toujours en silence. Inoubliable et à ne jamais oublier. Pour que l'histoire ne se répète pas.

    Michel Lebel

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 10 juillet 2016 17 h 30

    … grandes noirceurs !

    « Aujourd’hui, nous sommes témoins de la capacité de l’humanité à être délibérément cruelle et malveillante. » « Souvenons-nous de cette dure vérité ... » (Justin Trudeau, premier ministre, Canada)

    De cette « dure vérité » dont nous sommes témoins et devons se souvenir, il demeure que, parmi cette humanité, il y a eu des gens de bonne foi qui ont cherché à sauver des camps de la mort des juifs et d’autres personnes (des tsiganes, des « PH »), et que, par ailleurs, les responsables et complices de cet holocauste démentiel (shoah) ont été mis à mort par pendaison, et ce, pour crime contre humanité (Procès Nuremberg, été 1946) !

    De plus, on-dit d’Hitler qu’Il ne faisait pas parti de cette humanité et que, n’étant pas « humain », il provenait du monde des ténèbres, des …

    … grandes noirceurs ! - 10 juillet 2016 -