Le SPVM inculpe deux de ses enquêteurs

Le directeur du SPVM, Philippe Pichet, a annoncé les arrestations jeudi matin à Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le directeur du SPVM, Philippe Pichet, a annoncé les arrestations jeudi matin à Montréal.

Ils sont déjà quelques-uns et, selon le chef du Service de police de Montréal (SPVM), ils pourraient être encore davantage : quatre policiers du SPVM, dont les enquêteurs David Chartrand et Fayçal Djelidi, ont été arrêtés jeudi. Ces derniers font face à des accusations de parjure, de tentative d’entrave à la justice, et, dans le cas de M. Djelidi, de sollicitation et d’obtention de services sexuels moyennant rétribution, ainsi que d’abus de confiance.

Ce policier a dû faire face à la justice en 2006 pour avoir crevé l’oeil gauche d’un de ses camarades de classe pendant ses études en techniques policières, six ans plus tôt. À l’époque, la juge Sylviane Borenstein de la Cour supérieure avait condamné le jeune policier et le Cégep de Maisonneuve, où il a étudié, à verser près d’un million de dollars à Vincent Imbeault, dont l’oeil s’est liquéfié après qu’il a été pris de court par un coup porté par Fayçal Djelidi dans un cours intitulé « Se défendre contre les coups frappés ».

C’est une nuance importante. […] On fait ça uniquement dans les cas de fautes graves.

 

La juge n’avait accordé aucune crédibilité au témoignage de M. Djelidi, car il avait fourni selon elle « une version [des événements] évolutive et remplie de contradictions ». Elle avait aussi souligné qu’il ne s’était « pas comporté en élève prudent et diligent » en continuant de frapper son collègue malgré ses avertissements.

Appelé à commenter l’embauche de M. Djelidi, le SPVM a décliné la demande d’entrevue du Devoir. M. Djelidi travaillait vraisemblablement déjà au SPVM lors du jugement de la Cour supérieure.

Gestion des sources

À présent, Fayçal Djelidi et son collègue de la Division Sud David Chartrand sont suspendus sans solde en raison de la manière dont ils auraient agi avec des sources. « Quand on fait affaire avec une source, il faut absolument que des choses soient faites, ne serait-ce qu’un rapport de source et que tout soit consigné de façon exemplaire, a expliqué le directeur du SPVM, Philippe Pichet. Dans ce cas-là, il y a eu des irrégularités, ce qui nous a amenés à demander des corrections, qui n’ont pas été faites, et ce qui nous a amenés à faire l’enquête [criminelle]. »

« En faisant cette enquête-là, ça nous a emmenés dans un autre volet, qui était celui de la sollicitation et de l’obtention de faveurs sexuelles », a déclaré Philippe Pichet, autrement avare de détails. L’enquête se poursuit, a-t-il ajouté, sans exclure la possibilité que d’autres arrestations soient faites dans le futur.

Selon le chef Pichet, ce sont les mécanismes de surveillance et les mesures de sécurité mis en place dans la foulée des affaires Roberge et Davidson — des noms de policiers qui ont tenté de remettre des informations sensibles au crime organisé — qui ont permis de détecter les comportements répréhensibles des quatre agents. Devant l’échec des corrections administratives d’abord proposées, la Division des affaires internes du SPVM a ouvert en décembre 2015 une enquête qui l’a menée sur des pistes insoupçonnées.

Suspension sans solde

Pour une source du monde policier, le fait que le SPVM ait choisi de suspendre sans solde les enquêteurs Djelidi et Chartrand témoigne du sérieux de l’affaire. « C’est une nuance importante. […] On fait ça uniquement dans les cas de fautes graves », a déclaré cette personne. Les deux policiers accusés travaillaient dans une équipe multidisciplinaire responsable d’opérations concernant tant les gangs de rue que la moralité, l’alcool ou les stupéfiants.

Selon l’avocat Alain Arsenault, les accusations peuvent témoigner d’un échange d’informations qui a dérapé. « Les informateurs de police, ce sont des gens qui ont affaire à avoir de bonnes relations avec des policiers parce qu’ils font des affaires particulières. Le bon père de famille ne devient pas informateur », a-t-il affirmé. Des relations avec des sources qui trempent dans la criminalité peuvent tourner au chantage si un policier choisit de fermer les yeux sur certains crimes en échange d’informations privilégiées, a-t-il illustré.

Épisodes troubles

Dans le jugement qu’elle a rendu en 2006 à propos des agissements de Fayçal Djelidi, la juge Borenstein a estimé que l’élève a « commis une faute grave en frappant le bouclier sans s’assurer que monsieur Imbeault était prêt ». « Monsieur Djelidi ne s’est pas comporté en élève prudent et diligent, car malgré les avertissements de monsieur Imbeault, qu’on relève sur la vidéo, tels que : “ relaxe, relaxe, relaxe ” et “ wowow ”, monsieur Djelidi continue à envoyer des coups forts et imprécis », a-t-elle noté. M. Djelidi a aussi fendu la lèvre de son compagnon de classe à un autre moment, a relevé la juge.

Le procès au civil a été intenté par Vincent Imbeault, un étudiant à la formation accélérée en techniques policières du cégep de Maisonneuve qui n’a jamais pu permettre à la Sûreté du Québec d’honorer la promesse d’embauche qu’elle lui avait faite en raison du handicap que lui a causé M. Djelidi. Le 12 janvier 2000, pendant un cours d’autodéfense, Fayçal Djelidi a frappé Vincent Imbeault avant que les élèves se soient donné le signal de départ. Le coussin de frappe de M. Imbeault a heurté son oeil gauche, dont l’iris et le cristallin se sont détruits.

Au moment du procès, M. Djelidi avait terminé sa formation collégiale et il était passé par l’École nationale de police, à Nicolet. Pendant les procédures, un collègue de classe appelé à témoigner a rapporté qu’il n’avait pas semblé tempérer ses ardeurs après l’accident de M. Imbeault. « Je lui ai dit : “ Attends, je te dirai quand je serai prêt. ” Le professeur a dit : “ Commencez. ” Djelidi a frappé sans que je lui dise “ prêt ” et j’ai reçu le matelas sur le côté du cou. Je lui ai dit : “ T’as pas compris encore ? ”, car c’était après l’accident de Vincent. Il m’a dit : “ Je m’excuse  », a rapporté le témoin. À Nicolet, Fayçal Djelidi a aussi fêlé la côté d’un autre de ses compagnons de classe, a souligné la juge.

Avec Jeanne Corriveau

D’autres policiers dans la mire du SPVM

Janvier 2014 Philippe Paul, de la Division de la lutte au crime organisé, est retiré de ses fonctions. Il fait l’objet d’une enquête conjointe du SPVM et de la Gendarmerie royale du Canada, qui le soupçonnent d’avoir révélé des informations sensibles et d’entretenir de mauvaises relations. Il quittera le SPVM trois mois plus tard.

Mai 2013 Les policiers Amir El Alfy et Charles Lavallée sont arrêtés lors du démantèlement d’un réseau de trafic de stupéfiants. Le second plaidera coupable à des accusations de trafic de stéroïdes et de possession de haschich et s’en tirera sans sentence. Le premier fait encore l’objet d’une enquête.

Octobre 2013 L’enquêteur Benoit Roberge est arrêté. Il aurait vendu des informations au membre des Hells Angels Robert Charlebois, en échange de 125 000 $. Il plaide coupable en mars 2014 à des accusations de gangstérisme et d’abus de confiance et est condamné à huit ans de prison.

Octobre 2011 Le policier Ian Davidson est arrêté à l’aéroport de Montréal, alors qu’il s’apprête à quitter le pays. Il fait l’objet d’une enquête pour avoir essayé de vendre pour un million de dollars une liste contenant le nom de 2000 informateurs de police à des groupes du crime organisé. Il se suicidera dans un hôtel de Laval en janvier 2012.
2 commentaires
  • Sylvain Rivest - Inscrit 7 juillet 2016 17 h 06

    Permis de tuer

    Pourquoi cet homme porte il une arme au ceinturon?
    Est-ce pour l'image?
    Est-ce parce qu'il a peur pour sa sécurité?

  • Marie-Josée Blondin - Inscrite 10 juillet 2016 09 h 12

    Beau cas de brutalité et de manque de comportement éthique

    Comment le SPVM a-t-il pu embaucher Djelidi, après que ce dernier ait démontré au cours de sa formation une telle insouciance et négligence à l'endroit d'un compagnon de classe en 2000? La façon dont les faits sont relatés dans le jugement de 2006 nous invite à penser que cet événement (oeil crevé) aurait pu être évité, si Djelidi avait manifesté un peu d'attention et d'empathie à l'égard de son co-équipier. N'y a-t-il pas de psychologues au SPVM pour prévenir l'embauche de candidats qui sont des dangers publics?