Lac Mégantic: nouvelle demande d'une voie ferroviaire de contournement

Le 6 juillet 2013, un train transportant du pétrole brut a dévalé la pente menant à la municipalité et a déraillé, provoquant une explosion qui a tué 47 personnes et détruit le centre-ville de Lac-Mégantic.
Photo: Jacqques Nadeau Archives Le Devoir Le 6 juillet 2013, un train transportant du pétrole brut a dévalé la pente menant à la municipalité et a déraillé, provoquant une explosion qui a tué 47 personnes et détruit le centre-ville de Lac-Mégantic.
Des résidants de Lac-Mégantic regroupés au sein d’une coalition ont de nouveau réclamé l’aménagement prochain d’une voie ferroviaire de contournement de leur ville, trois ans jour pour jour après le déraillement catastrophique d’un train de pétrole qui a fait 47 morts.

Ces membres de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire ont tenu tôt, mercredi, une conférence de presse à la sortie de la municipalité de Nantes, près de la route 161, à l’endroit où le train de la Montreal, Maine Atlantic Railway a été laissé sans surveillance dans la nuit du 6 juillet 2013. Il a ensuite dévalé la pente avant de dérailler au centre-ville de Lac-Mégantic.

Derrière les intervenants de la conférence de presse était stationné un train de marchandises sur une voie ferrée qui est encore en mauvais état selon le porte-parole de la coalition, Robert Bellefleur.

Quelques autres membres de la coalition ont fait de courtes déclarations. L’une d’elles consistait à inviter le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, à annoncer rapidement la construction d’une voie pour prouver, selon la coalition, qu’il a vraiment à cœur la sécurité de la population.

En avril dernier, Robert Bellefleur a noté que le ministre Garneau avait affiché une certaine ouverture à accélérer le processus de réalisation du contournement lors de sa visite à Lac-Mégantic, mais qu’il n’avait pris aucun engagement.

Par voie de communiqué, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a affirmé mercredi que la sécurité ferroviaire demeurait l’une des principales priorités de son gouvernement. Il a ajouté qu’Ottawa s’assurerait que les événements tragiques de Lac-Mégantic ne se reproduisent jamais, mais il n’a rien écrit sur la requête de voie de contournement.

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire a annoncé la tenue, dimanche prochain, d’un rassemblement afin de promouvoir le projet de voie de contournement.

Après leur première conférence de presse, à 7 h, les membres de la coalition devaient se déplacer à l’endroit d’origine où devrait être construite la future voie de contournement.
1 commentaire
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 6 juillet 2016 08 h 17

    Lorsqu’on veut quelque chose, on prend les moyens pour l’obtenir

    La catastrophe de Lac-Mégantic illustre parfaitement la faillite de la politique de dérèglementation à outrance du gouvernement Harper.

    L’absence totale d’inspections de routine par le ministère fédéral des transports, l’indulgence à l’égard de la MMA (autorisée a n’utiliser qu’un conducteur au Canada, une faveur qui lui a été refusée aux États-Unis), l’absence de pénalités imposées pour manquements graves à la sécurité (alors que la MMA avait payé 146,950$ de pénalités aux USA), bref, en raison de ce laxisme, le gouvernement Harper est responsable au second degré de cette catastrophe humaine et environnementale.

    Mais les Méganticois se sont laissés convaincre d’adopter l’attitude digne de la victime qui souffre en silence. Aucun de leurs porte-paroles n’a exigé la démision du ministre des Transports. Entre nous, combien faut-il de morts pour qu’un ministre démissionne ?

    Et surtout, ils n’ont pas intenté de poursuite pour punir le fédéral d’avoir remis criminellement leur sécurité entre les mains d’aventuriers.

    Ils ont si peu fait connaître leur colère que le comté de Mégantic—L'Érable a réélu un député conservateur à l’élection fédérale suivante. Le comble du ridicule.

    Si le fédéral hésite à investir un milliard$ dans Bombardier, pensez-vous sérieusement qu'il va dépenser 160 millions (le sixième) dans une voie de contournement qui ne rapporte rien à l'économie canadienne, rien que parce que cela rassure les gens d'une petite ville au fond de la campagne québécoise ?

    Si les Méganticois avaient poursuivi le fédéral, ils ne seraient pas à genoux à supplier pour leur voie de contournement. Des négociations hors-cour forcerait la main du fédéral.

    La passivité face au gouvernement colonial canadien ne mène à rien. Le cas de Lac-Mégantic est un exemple pour tous les Québecois.