Les conseils d'un nouveau propriétaire - Un acheteur avisé en vaut deux

Comment faire pour rappeler le constructeur sur le chantier après qu'il a levé les pattes? Pour éviter d'avoir à courir derrière lui — et Dieu sait qu'il court vite! - Serge Bouliane propose qu'il en soit de même pour un condo et une maison: «Les gens devraient exiger qu'un montant d'argent, soit 15 % du prix de l'unité, soit laissé chez le notaire pour mettre de la pression sur le constructeur.» Ainsi, ce dernier ne pourrait toucher la totalité du montant que si la livraison se fait dans les délais préétablis, finition incluse! Car ce sont tous les petits détails qui coûtent cher. Serge Bouliane en sait quelque chose. Fatigué d'attendre, il a finalement déboursé 2000 $ pour finir ici et là de menus travaux laissés en plan. «Il faut continuellement garder le constructeur à l'oeil!»

Par les temps qui courent, le boom de la construction est davantage favorable aux constructeurs. De sorte qu'un acheteur avisé en vaut bien deux. Premier réflexe à développer: ne surtout pas s'en tenir aux brochures et aux maquettes et savoir lire entre les lignes. «Il faut absolument réclamer un devis technique extrêmement complet comprenant les inclusions et les exclusions, insiste le connaisseur. Les constructeurs jouent sur les mots. Ils vont présenter beaucoup d'éléments qui en réalité ne sont pas inclus dans le prix.» Mieux vaut prévoir environ 10 % de plus que le montant initial.

Deuxième règle: insister pour connaître le nombre de pieds carrés bruts et nets. «Les agents évitent ces questions ou répondent n'importe quoi. Ils vont prétendre, par exemple, que l'architecte n'a pas terminé les plans. Les acheteurs réalisent au moment d'occuper les lieux que leur condo comporte souvent de 15 % à 20 % de moins.» Et toutes les explications sont bonnes. «On leur dit que dans un condo, il faut enlever un pied et demi de contour.»

Troisième conseil: s'enquérir du nombre de fenêtres, de la luminosité et de la vue. Face à un gigantesque projet, la grandeur de la fenestration et l'intensité de la lumière du jour demeureront de vagues concepts jusqu'à ce que l'acheteur potentiel se rende directement sur le terrain. «Il faut aller sur le site, regarder la situation géographique du condo, où vont donner les fenêtres, constater l'état des lieux», répète M. Bouliane. En somme, ne pas se contenter d'une jolie maquette de deux pieds de long!