Le piano: accorder sonorité et déco

Il y a des meubles qu'on introduit dans la maison par nécessité, par exemple pour former les enfants à l'art de pianoter. Le piano fait partie de ces objets qui traversent une ou plusieurs vies. On le choisit, on le devine, pour plusieurs années.

J'avais six ans quand le piano est entré dans la maison. C'était un piano droit Pleyel estampillé 1875. On l'accordait deux fois par année tellement il était fatigué. Il était devenu plus qu'un instrument de musique: c'était le meuble qui rassemblait notre petite famille.

Lorsqu'il est arrivé, je me réveillais la nuit pour caresser ses pieds lourds de bois sculpté. Après avoir doucement soulevé le clavier, je mimais le déplacement des doigts d'un grand virtuose. C'était mon parcours musical intime et je «mozartais» en silence, retenu au-dessus des touches en ivoire.

Faire l'acquisition d'un piano ne relève pas du simple achat matériel. Il s'agit d'un investissement aussi bien émotif que financier, et la dépréciation est quasi inexistante. Chaque année, les prix grimpent de 2 à 3 %.

Dans un passé récent, posséder un piano relevait soit d'un héritage familial, soit d'une situation financière au-dessus de la norme mélomane. Aujourd'hui, un piano droit, neuf, pour débutants, varie entre 3000 $ et 5000 $. Tout cela grâce aux Chinois, comme l'explique Yves Massé, propriétaire de Pianos-Orgues Roger Larose: ceux-ci ont acquis des techniques de fabrication et de qualité qui ont démocratisé l'achat d'un piano. On parle donc maintenant de coûts semblables à ceux d'un objet de loisir, de type cinéma maison par exemple.

Pour se procurer un premier piano, il ne faut d'ailleurs pas trop s'énerver: avec plus de 200 marques sur le marché, le choix est vaste. À cette étape, l'important, c'est un clavier égal et un bon son. Selon Yves Massé, c'est le deuxième piano qui compte vraiment pour un enfant, celui qui le suivra sous ses doigts prodiges, ses talents confirmés et son désir d'aller plus loin dans ses partitions. Les prix, alors, oscillent entre 6000 $ et 10 000 $ et peuvent atteindre 20 000 $ pour un piano avec une sonorité et un mécanisme haut de gamme.

Pour faire la différence

Un petit truc très simple pour faire la différence entre un bon et un mauvais piano? Appuyez sur une touche sans frapper et écoutez le son de la note (et non pas sa sonorité). Un bon piano aura un son long qui «mourra» sans s'arrêter d'un seul coup, un son ample et profond par lequel on pourra traduire des sentiments, où l'investissement émotif jouera son rôle. Un mauvais piano aura un son qui s'étouffera rapidement, ce qui révèle généralement une déficience de construction ou bien une «décharge» de la table d'harmonie. Celui-ci aura un son court et terne, sans grande expression.

Pour faire affaire avec des connaisseurs, Yves Massé conseille de s'adresser à un marchand dans le domaine depuis longtemps. D'ailleurs, pour éviter les incertitudes passagères ou le désintérêt soudain de l'enfant pour ses gammes et son solfège, Yves Massé propose la location d'un instrument, avec option d'achat. Pour six mois à un an, le tarif mensuel s'élève à environ 100 $.

Quant au marché d'occasion, soulignons qu'un piano de quelque 20 ou 30 ans n'est pas synonyme de prix cassé, l'écart avec un piano neuf étant d'ailleurs minime.

Si on ne peut pas vraiment parler de tendance, on remarque tout de même, depuis quelques années, un certain intérêt pour le piano digital qui se branche sur l'ordinateur et comporte une fonction qui plaît à certains parents: la possibilité de connecter des écouteurs sur l'instrument, évitant ainsi le montage de gammes ou le dérapage des doigts incertains.

L'emplacement de l'instrument dans la maison? Il suffit qu'il soit placé dans une pièce où les température n'accusent pas de trop grandes variations. Le taux d'humidité doit également y être constant.

Le piano redevient un élément important de la décoration et de l'environnement résidentiels. Selon Yves Massé, on note un nouvel engouement pour la restauration des pianos familiaux qui traînent dans un sous-sol ou un couloir.

Le jour de mon passage au magasin du boulevard Saint-Laurent, je virevoltais entre les pianos et les orgues qui se dressent les uns à côté des autres. Laqués blanc ou noir, droits ou à queue, neufs ou d'occasion, ils semblaient attendre des mains habiles. Au fond de l'atelier, un accordeur récitait ses cordes, une à une. Puis, il s'est mis à chanter. Il y avait même là des ouvriers heureux...

Pianos-Orgues Roger Larose

Yves Massé

8300, boulevard Saint-Laurent

Montréal

(514) 387-3755

- Location de pianos et vente d'instruments neufs et d'occasion ainsi que restauration:

http://pianosfinetouche.com/

http://pianobessette.homestead.com/presentation.html

http://www3.sympatico.ca/huot.p/

- Pour en savoir plus sur les accordeurs de pianos:

http://www.fatpq.com/fatpq2.htm