Habitation - Séguin et Fournier sèment de l'espoir au FRAPRU

François Saillant, du FRAPRU, a été agréablement surpris de sa rencontre avec les ministres Yves Séguin et Jean-Marc Fournier.
Photo: Jacques Nadeau François Saillant, du FRAPRU, a été agréablement surpris de sa rencontre avec les ministres Yves Séguin et Jean-Marc Fournier.

François Saillant, coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), était radieux hier, à sa sortie de la rencontre avec Yves Séguin, ministre des Finances du Québec et Jean-Marc Fournier, ministre de l'habitation. «Ç'a été constructif», blaguait-il avant de commencer son point de presse. Il s'est dit «étonné» d'abord, par la sollicitude des ministres Séguin et Fournier. Étonné, ensuite, de leur visite dans leurs modestes locaux du FRAPRU, rue de la Visitation: «C'est la première fois qu'un ministre vient dans nos locaux. La première fois que, de lui-même, il sollicite une rencontre. J'avoue que c'est plutôt inusité.»

Au départ, se disait le militant bien connu, «on croyait à une démarche solitaire du ministre des Finances». Au contraire, déclare Saillant: le ministre Fournier renchérissait presque sur son confrère. Stéphane Gosselin, attaché de presse du ministre Fournier, présentait d'ailleurs au Devoir la rencontre d'hier ainsi: «Ç'a été l'occasion de faire un bon topo au ministre des finances de ce que M. Fournier pouvait lui présenter depuis plusieurs semaines et une occasion de renchérir avec les gens du FRAPRU.»

Selon le représentant du FRAPRU, beaucoup «d'espoir» a donc été semé hier. Et il faudra y répondre dans le budget. «Bref, on jugera l'arbre à ses fruits.» Et quels devraient être ces fruits? «Un plan d'investissement sur plusieurs années», lequel permettrait de fournir les 13 000 logements annoncés dont le PLQ s'est engagé à poursuivre la réalisation avec les programmes AccèsLogis et Logement abordable Québec. Mais il faudrait, à terme, aller au-delà de ce chiffre, dit Saillant, qui précise : «Il leur faut annoncer l'horizon pour les prochaines années, renouveler des programmes, avoir un programme de HLM.» S'il n'y a pas ça, opine François Saillant, «il est certain qu'il va manquer quelque chose».

Mais certains aspects du plan sont urgents et ne pourront attendre le budget. Le FRAPRU souhaite que, dès cette semaine, le gouvernement annonce une prolongation de l'aide financière d'urgence accordée sous forme de supplément au loyer à près de 3000 familles et personnes qui se sont retrouvées sans logis autour des 1er juillet 2001, 2002 et 2003. «Certaines de ces familles ont des réponses à donner à leur propriétaire très prochainement.» À ce sujet, Stéphane Gosselin, le porte-parole du ministre Fournier déclarait hier au Devoir espérer «très prochainement faire des annonces».