La famille Languirand se dit secouée

Jacques Languirand en avril 2013
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Jacques Languirand en avril 2013

La famille de Jacques Languirand ressent un « profond désarroi face à la récente couverture de presse » des allégations lancées par l’ex-conjointe de la fille de M. Languirand.

Dans un communiqué publié jeudi après-midi, la conjointe de l’ancien animateur radio, Nicole Dumais, le fils de M. Languirand et ses trois petits-enfants s’interrogent sur « les motivations s’apparentant à de l’acharnement derrière les sorties répétées à l’endroit de Jacques Languirand ».

Dans un blogue mis en ligne jeudi dernier au moment où elle déposait une plainte au Service de police de la Ville de Montréal, Line Beaumier affirme que sa « compagne des 18 mois avant son décès, Martine Languirand, la fille de Jacques Languirand, a été victime d’inceste plusieurs années ». Ces allégations n’ont pas été prouvées en cour, et la police n’a pas confirmé qu’elle ouvrirait une enquête.

Tourbillon médiatique

« La famille se retrouve dans un tourbillon médiatique à cause d’affirmations de toute sorte établissant des liens de cause à effet spéculatifs, indique le communiqué. La famille Languirand ne souhaite pas commenter de tels propos. Qui plus est, ces conjectures sont amenées dans les médias alors que les deux personnes qui pourraient y répondre sont dans l’incapacité de le faire, M. Languirand étant gravement malade [il souffre d’Alzheimer à un « stade avancé »] et sa fille étant décédée » en juillet dernier.

Le texte précise aussi que la famille a reçu mercredi le rapport du coroner sur le décès de Martine Languirand, et qu’il conclut à un décès de causes naturelles. Dans une entrevue accordée à Paul Arcand mercredi, Line Beaumier avait émis l’hypothèse d’un suicide.

Contrat

Line Beaumier soutenait dans son blogue que « Martine avait tout dit, enfin elle avait eu l’accord du paternel pour parler. Tout a été enregistré. Cependant, un mandat d’inaptitude [dont Nicole Dumais est mandataire] a empêché la vérité d’éclater ».

L’enregistrement évoqué par Mme Beaumier est lié au projet de biographie Le cinquième chemin, rédigé par Aline Apostolska et publié en 2014. « L’auteure, liée contractuellement, ne peut dévoiler l’inceste malgré l’accord de Jacques Languirand », disait Line Beaumier.

Mme Apostolska a confirmé mardi au Devoir qu’elle est liée par un contrat qui donnait à la famille un droit de relecture de son manuscrit. Concernant les allégations de Mme Beaumier, la biographe a soutenu qu’elle « ne dit pas n’importe quoi ».

Mais elle s’interrogeait elle aussi « sur les raisons pour lesquelles elle fait ça. Elle sait très bien que Martine Languirand ne voulait pas » que ces allégations soient discutées sur la place publique.

M. Languirand est une légende de la radio de Radio-Canada, ayant piloté l’émission Par quatre chemins pendant 43 ans. Dramaturge, essayiste, comédien, environnementaliste, il est membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre du Québec.

19 commentaires
  • Sylvain Dionne - Inscrit 28 avril 2016 18 h 11

    Les motivations à dénoncer

    C'est clair que d'être en couple avec une personne ayant subi l'inceste peut être traumatisant! Ça peut même induire un syndrome de stress post-traumatique si les conséquences de l'inceste a eu de forts impacts sur la relation de couple. La victime étant morte, sa conjointe a probablement le besoin de dénoncer pour redonner un sens à sa vie et essayer d'honorer la mémoire de sa conjointe, même si cette dernière ne voulait pas dénoncer. Car la plupart du temps, la victime craint plus que tout un rejet de sa famille et reste seule dans sa misère. Il est clair qu'en l'occurence, ces craintes étaient justifiées vu le comportement de la famille. Un minimum d'empathie permet de comprendre cela!

  • Johanne St-Amour - Inscrite 28 avril 2016 18 h 37

    Plutôt tirer sur la messagère?

    Va-t-on maintenant préférer tirer sur la messagère? Cette supposée agression n'est-elle nécessairement qu'une histoire privée? Qu'une histoire de famille?

    J'ai énormément de difficulté à comprendre le fait qu'on doive questionner les motivations (souligné 2 fois) de Line Beaumier, l'ex-conjointe des derniers 18 mois de vie de Martine Languirand. Il faut maintenant avoir des motivations pour dénoncer des abus sur des enfants?

    Bien sûr, Jacques Languirand souffrant de plusieurs démences, dont l'Alzheimer, ne pourra probablement pas répondre de ses actes passés, il n'empêche qu'il n'est jamais trop tard pour dénoncer de tels abus sexuels. Personne n'est imputable. On démontre ainsi que le mot-clic #agressionnondénoncée n'est pas qu'un mot vain. On démontre qu'on croit les victimes (même celles qui sont dans la tombe). On démontre que nul n'est à l'abri des méfaits qu'il peut commettre. On démontre que ces abus sont inacceptables.

    Nathalie Petrowski soulignait dans sa dernière chronique:

    «Parce que les secrets de famille rendent malades autant les membres du cercle rapproché de la famille que du cercle élargi de la société. Parce que des héros comme Jacques Languirand font partie de notre famille et que parfois, on les aime, on les admire, on les porte aux nues sans tout savoir de leur histoire ni connaître leur part d’ombre, en les prenant pour ce qu’ils ne sont pas. Parce que personne, pas même le plus grand communicateur de sa génération, ni le citoyen le plus honorable de sa ville, n’a le droit d’agresser sexuellement son enfant. Parce qu’il faut bien finir par être sincère et transparent. Jacques Languirand serait le premier à le reconnaître.»

    S'amender ne peut exister qu'après un aveu.

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 29 avril 2016 10 h 28

      Vous avez raison; il faut dénoncer tous les vices, y compris le voyeurisme dont certaines personnes semblent se délecter.

  • Michel Thériault - Inscrit 28 avril 2016 19 h 23

    Aucune pitié

    Aucune pitié pour les agresseurs.

  • - Inscrit 28 avril 2016 20 h 40

    Retour à la chasse aux sorcières ?

    Oui d’accord, il faut dénoncer les agresseurs. Oui d’accord l’inceste est le plus profond tabou de l’humanité, du moins dans sa portion occidentale. Oui, il faut venir en aide aux victimes et ne pas baisser la garde pour faire en sorte que ce crime ne soit perpétré impunément. D’accord sur toute la ligne. …

    Mais ICI, dans ce cas Languirand, quel est la quête ? Quelle victime profitera de cette médiatisation ? Qui a intérêt à déboulonner l'icône ?

    Bien sûr, le seul fait que Jacques Languirand ait été un maître à penser pour plusieurs, la dénonciation publique peut relativiser le « vedettariat » des maîtres à penser. En ceci, la médiatisation de l’affaire est valable peut-être. Mais pourquoi tant de hargne ? N’est-ce pas aussi toxique pour la famille, les personnes qui sont complètement innocentes dans cette affaire ? Pourquoi certains deviennent-ils tout à coup les accusatreurs péremptoires et les justiciers vindicatifs, sans qu’ils ne sachent le fin fond de toute cette histoire ?

    Le grand scandale, quand je vois se déployer ces censeurs de tous poils, c’est dans leur vindicte « populiste » que je le vois d’abord. Les chasses aux sorcières opéraient au 16e siècle de la même façon.

    Sommes-nous vraiment dans une régression des valeurs humanitaires ?

    • . Cabana, Séguin inc. - Inscrit 29 avril 2016 09 h 16

      Enfin un peu de raison...
      Je suis troublé de voir le peuple québécois prendre parti avant même de savoir le fond de l'histoire; d'accuser avant une enquête; de se livrer corps et âme dans une autre campagne de lynchage.
      La cours n'est pas le seul lieu où justice est faite, et peut-être, oui peut-être, une famille a le droit de trouver la résolution à un traumatisme d'une autre manière qu'en faisant recours aux mécanismes légaux.
      À en juger par la médiatisation de ce cas et l'orage populaire qui s'en est suivit, je donne raison à la famille pour qui l'opinion des gens ne vient résoudre aucun problème et panser aucune plaie. Plutôt le contraire!

      Notre humanité n'est pas questionnée lorsque tout est calme, mais dans l'adversité. Ce qui se révèle être bien triste ces jours-ci

      Étienne Gour

    • Hélène Paulette - Abonnée 29 avril 2016 09 h 25

      Monsieur Hubert, j'aurais voulu écrire ce commentaire aussi juste que respectueux. On regrette le temps où la mesquinerie demeurait au niveau du commérage... Hélas, c'est tout ce qu'on trouve à faire des réseaux sociaux.

    • Sylvain Dionne - Inscrit 29 avril 2016 13 h 47

      Hé mais la raison ne semble pas être là où vous la concevez! Imaginez avoir un(e) conjoint(e) qui a été incestué(e) qui se réveille à chaque semaine avec des cris provenant de ses cauchemars, qui fait une crise de panique quand vous l'embrasser parce que ça la met en contact avec les souvenirs traumatiques, qui vous en fait baver quand vous lui faites un cadeau parce qu'elle est convaincue que vous avez quelque chose à vous faire pardonner, qui est d'autant plus en colère contre vous lorsque vous lui manifester des preuves d'amour et d'affection sincères. J'arrête ma liste là. Je commence avec l'autre: les tentatives de suicides, la toxicomanie, la prostitution, la compulsion dans le sexe et autres des victimes d'inceste. Je continue? Dans le milieu des psychologues, ce n'est pas pour rien qu'on appelle les victimes d'inceste les "survivant(e)s", car je ne pense pas qu'on puisse vraiment en guérir complètement. Et les conjoint(e)s ou ex-conjoint(e)s ne s'en remettent pas vraiment non plus. Et M. Hubert, il n'y a pas vraiment d'autre manière de résoudre le problème qu'avec des recours légaux! Car la pression pour contraindre au silence est très forte de la part des familles en général dont les membres sont dans le déni total ou ne veulent pas sacrifier leur confort. Enfin, un peu de compassion pour les victimes actuelles d'inceste qui ne voient pas comment en sortir. La seule lueur d'espoir qui leur reste, c'est de voir que la vérité finit par sortir et que ça pourrait décourager les abuseurs à continuer.

  • Maryse Veilleux - Abonnée 28 avril 2016 22 h 06

    Mesquinerie

    De quoi elle se mêle l'ex? Simple plaisir de salir cette famille, on ne lui a rien demandé. Malheureusement beaucoup de gens mesquins sont de ce monde et il semble qu'elle en fasse partie. Elle n'a pas été mandatée pour une mission d'héroîne en vue de venger sa conjointe. Pathétique.

    • Michel Thériault - Inscrit 29 avril 2016 09 h 07

      Je suis en désaccord avec vous. Les agresseurs sont de sales types et doivent être dénoncés haut et fort.

    • Stéphanie Deguise - Inscrite 29 avril 2016 09 h 14

      Avez-vous déjà été la conjointe d'une personne ayant été victime d'un crime grave et répétitif pour juger Mme Beaumier de cette façon? "L'ex..., l'ex..."; cette façon de la désigner invite à la réduction. Pourtant, si on se fie aux informations qui ont été divulguées jusqu'à présent, elle semblait être pas mal plus présente dans la vie de Martine Languirand que tout les membres de sa famille.

    • Hélène Paulette - Abonnée 29 avril 2016 09 h 35

      "Mesquinerie: caractère d'une personne qui manque de grandeur d'âme, de générosité" (Le Petit Robert). Je l'appliquerais beaucoup plus à tous les commentateurs qui se drapent dans leur vertu pour dénoncer ce qu"ils ne comprennent pas.

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 29 avril 2016 10 h 30

      Comme on dit en Abitibi: le malheur des uns font le bonheur des autres.