La fermeture des points de service en Haute-Côte-Nord est évitée pour l’instant

La fermeture de trois points de service des caisses populaires Desjardins à Longue-Rive, à Colombier et à Portneuf-sur-Mer n’est pas écartée pour autant, mais elle a été repoussée à juin. 
Photo: Michaël Monnier Le Devoir La fermeture de trois points de service des caisses populaires Desjardins à Longue-Rive, à Colombier et à Portneuf-sur-Mer n’est pas écartée pour autant, mais elle a été repoussée à juin. 

Trois communautés dévitalisées de la Haute-Côte-Nord conserveront, pour l’instant du moins, leur seule institution financière, ont-elles annoncé jeudi, à la suite d’une entente temporaire avec Desjardins.

La fermeture de trois points de service des caisses populaires Desjardins à Longue-Rive, à Colombier et à Portneuf-sur-Mer n’est pas écartée pour autant, mais elle a été repoussée à juin. Entre-temps, les trois municipalités et la coopérative se sont entendues afin « d’envisager d’autres approches que celle envisagée présentement ». Desjardins a pris la décision au début d’avril de regrouper ses services à Forestville, à 25 kilomètres de là. Comme ailleurs au cours des dernières années, on invoque la faible utilisation des points de service et l’augmentation des transactions sur le Web.

« Dès l’annonce, nous avons proposé d’explorer des modalités différentes pour la desserte des communautés tels des heures réduites d’ouverture, l’hébergement dans les locaux municipaux ou encore le partage de personnel. Nous sommes donc très heureux de l’ouverture exprimée par la présidente de la caisse qui a accepté d’explorer cette voie », a déclaré le porte-parole des maires, le premier magistrat de Longue-Rive Donald Perron.

Le conseil d’administration de la caisse Desjardins du Centre de la Haute-Côte-Nord et les maires travailleront « pour trouver une approche différente ».