Un homme blessé par balle par la police à Lac-Simon

Un jeune Algonquin de la communauté de Lac-Simon, en Abitibi, a été blessé grièvement par balle en début de soirée mercredi, au cours d’une vaste opération policière. La victime, d'une vingtaine d'années, aurait été atteint par un policier autochtone au cours d’une altercation.

Le jeune homme aurait menacé à l’aide d’une arme blanche les agents de police de cette réserve située près de Val-d’Or. Lors de l’intervention des forces de l’ordre, il aurait été happé par une auto-patrouille et des coups de feu auraient été tirés. L’un des agents aurait tiré une balle en sa direction.

Une dizaine d’agents de la Sûreté du Québec ont depuis été dépêchés sur les lieux.

La Sûreté du Québec confirme « être en assistance » auprès des agents de Lac-Simon. De plus, à la demande du ministre provincial de la Sécurité publique, Martin Coiteux, elle mènera une enquête indépendante pour déterminer exactement ce qui s’est produit à Lac-Simon mercredi soir. « La nature des événements n’est pas claire pour le moment », expliquait en fin de soirée un porte-parole du corps de police provincial, sans préciser l'état de santé du jeune homme.

Les tensions demeurent vives à Lac-Simon, où un policier a été tué par un résidant qui s’est ensuite suicidé, à la mi-février. Il s’agissait là encore d’une opération policière qui avait mal viré.

2 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 7 avril 2016 06 h 36

    Les policiers ....

    quels qu'ils soient, ne devraient plus avoir de pistolets, mais des lasers. Ainsi il y aurait moins de danger que les gens soient tués; ils seraient paralysés le temps de les menotter et les amener au poste, mais pas tués.

  • Cyril Dionne - Abonné 7 avril 2016 07 h 43

    La fin des réserves

    N'est-ce pas le temps d'en finir avec les réserves indiennes, ce système d'apartheid conçu et mis en place pour notre élite anglo-saxonne à saveur multiculturaliste du même nom ? Tant et aussi que le 'Gouvernement of Canada' continuera de pratiquer l'infantilisation à partir d'un système où l'Amérindien est traité comme un enfant tout en graissant la patte des chefs, ces drames se reproduiront ad infinitum. Et tous les milliards de notre Justin dit de "Bieber" ne changeront pas la donne. Cette situation qui perdure depuis que le Canada anglais a poussé les Premières Nations dans ces enclos communément appelés des prisons à ciel ouvert, continuera et il n'y aura aucune rédemption pour tous les partis impliqués.