Bientôt une première clinique d’avortement

Charlottetown — L’Île-du-Prince-Édouard fournira bientôt un service d’interruption volontaire de grossesse sur son territoire, emboîtant ainsi le pas aux neuf autres provinces du pays.


Le gouvernement libéral provincial a annoncé, jeudi, qu’il ne s’opposerait pas à une poursuite déposée par le groupe Abortion Access Now devant la Cour suprême de l’Île-du-Prince-Édouard.


L’organisme estime que, en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, la province a l’obligation de fournir un service d’avortement sécuritaire. Actuellement, les femmes de l’Île-du-Prince-Édouard souhaitant interrompre une grossesse doivent se rendre au Nouveau-Brunswick ou en Nouvelle-Écosse pour subir l’intervention.


Le premier ministre Justin Trudeau a salué la décision de son homologue provincial. « Une femme devrait avoir accès à des soins liés à la santé reproductive, peu importe où elle vit dans notre pays », a-t-il déclaré dans un communiqué.