Liberté 59

La garde côtière américaine a dû se frotter les yeux par deux fois avant d'intercepter la grosse Buick verte 1959 qui voguait tranquillement en direction de la côte de la Floride avec, à son bord, onze exilés cubains épris de liberté.
Photo: Agence Reuters La garde côtière américaine a dû se frotter les yeux par deux fois avant d'intercepter la grosse Buick verte 1959 qui voguait tranquillement en direction de la côte de la Floride avec, à son bord, onze exilés cubains épris de liberté.

La garde côtière américaine a dû se frotter les yeux par deux fois avant d'intercepter la grosse Buick verte 1959 qui voguait tranquillement en direction de la côte de la Floride avec, à son bord, onze exilés cubains épris de liberté.

Une pareille tentative avait déjà été faite par douze autres Cubains, en juillet dernier, ceux-là à bord d'une camionnette Chevrolet 1951. Ils avaient tous été renvoyés à Cuba. Les onze Cubains devraient connaître le même sort, à moins d'être en mesure de prétendre à l'asile politique. En général, seuls les clandestins qui atteignent les côtes américaines sont automatiquement autorisés à demeurer aux États-Unis.