Les juifs éthiopiens descendent dans la rue

Jérusalem — Plus d’un millier de juifs israéliens d’origine éthiopienne ont manifesté dimanche à Jérusalem pour dénoncer l’annulation par le gouvernement d’un plan autorisant leurs proches en Éthiopie à les rejoindre, condamnant une mesure discriminatoire.

Le gouvernement israélien avait voté en novembre un projet autorisant l’immigration en Israël de quelque 9100 juifs éthiopiens connus comme les falasha, mais le 7 mars un responsable du bureau du premier ministre, Benjamin Nétanyahou, a informé les membres du Parlement que, faute de moyens budgétaires, le plan ne serait pas appliqué.

Racisme et discrimination

Quelque 2000 personnes ont participé à la marche qui s’est achevée devant les bureaux de M. Nétanyahou, selon la police et les organisateurs. « Arrêtez les souffrances, le racisme et la discrimination », ont scandé les manifestants dont certains arboraient des photos de leurs proches en Éthiopie.

Antaihe Cheol, 30 ans, qui réside, dans le nord d’Israël, a indiqué que son père et son frère attendaient d’émigrer depuis 20 ans. « C’est tout simplement de la discrimination », a-t-il lancé à l’AFP. Son ami Ashebo observe, lui, que le gouvernement encourage activement l’émigration des juifs de France, des États-Unis, de la Russie. « Mais quand il s’agit des juifs d’Éthiopie, tout le monde refuse », a-t-il déploré.

Revital Swid, un élu de l’Union sioniste qui a participé à la manifestation, a aussi dénoncé des décisions racistes et discriminatoires.

« Est-ce que le gouvernement peut se permettre de dire à un juif de Russie, d’Europe ou d’Amérique qui a une famille en Israël, qu’il n’a pas les moyens de les accueillir », s’est-il interrogé.

Aucun commentaire n’a pu être obtenu auprès des responsables du bureau de M. Nétanyahou.

Ce n’est pas la première fois que des juifs d’origine éthiopienne manifestent pour dénoncer le racisme et les discriminations sociales auxquelles ils font face.

La communauté juive éthiopienne regroupe 135 500 personnes, dont plus de 50 000 sont nées en Israël. Ils descendent de communautés restées coupées des autres juifs pendant des siècles, que les autorités religieuses d’Israël ont tardivement reconnues comme membres de la foi juive.

Cette reconnaissance a entraîné la mise en place de deux ponts aériens, en 1984 et 1991, et l’émigration vers Israël de 80 000 Éthiopiens, qui ont dû franchir un énorme fossé culturel pour s’intégrer dans la société israélienne.

Cette communauté est notamment confrontée à des problèmes d’intégration dans le domaine de l’éducation, du logement et de l’emploi.