Adil Charkaoui a plaidé non coupable

Adil Charkaoui a un historique quelque peu conflictuel avec le Collège de Maisonneuve.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Adil Charkaoui a un historique quelque peu conflictuel avec le Collège de Maisonneuve.

Le controversé prédicateur Adil Charkaoui a plaidé non coupable vendredi aux accusations de voies de fait portées contre lui. Il avait été arrêté en lien avec un incident qui se serait produit au collège de Maisonneuve le mois dernier lors d’une partie de soccer. Deux accusations de voies de fait et une d’agression armée ont été déposées. Il n’était pas obligé d’être présent à la Cour municipale de Montréal pour sa comparution de vendredi, et une avocate le représentait. Après de très brefs échanges entre celle-ci et le juge, la cause a été reportée au 10 juin. Adil Charkaoui a un historique quelque peu conflictuel avec le collège. Il y louait des locaux et des plateaux sportifs pour une école qu’il dirigeait, liée au Centre communautaire islamique de l’est de Montréal. Le Collège avait suspendu temporairement les contrats de location en février 2015, quand elle avait appris que le prédicateur avait des liens avec au moins deux de ses élèves soupçonnés d’avoir rejoint le groupe État Islamique en Syrie.

4 commentaires
  • Gilles Delisle - Abonné 18 mars 2016 13 h 27

    Il peut commettre les pires abominations possibles, son avenir au Canada est assuré jusqu'à la fin de ses jours.

    Au Canada, contrairement à certains pays européens, nous avons décidé de garder ici nos pires criminels, nos pires terroristes même s'ils viennent d'ailleurs, en supposant que des terroristes puissent se manifester un jour ou l'autre ,le Canada est un pays moderne et ouvert!!! Bravo! M. Charkaoui est un prédicateur? Mais depuis quand, nommé par qui? Et qu'est-ce qu'il prêche au juste?

    • Jean-Marc Simard - Abonné 18 mars 2016 21 h 36

      Un prédicateur qui prêche la violence je ne trouve pas ça très religieux...
      Cet individu n'est pas un préditateur mais un fromenteur de trouble... Cet homme abuse de notre tolérance, de notre accueil et de notre bonne volonté...

  • - Inscrit 18 mars 2016 13 h 35

    On le comprend !

    Car, pour un tenant de la charia, être "coupable" c’est plus tranchant qu’une figure de style.

  • Gilles Théberge - Abonné 18 mars 2016 15 h 12

    Qu'est ce qu'on attend?

    Pour le renvoyer doù il vient.

    Tout ce qu'il fait ici, c'est du trouble.

    Peut-être que chez lui, il serait plus calme!