Qui sont-ils?

Nathalie Normandeau
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Nathalie Normandeau

Nathalie Normandeau

Fonctions : ministre libérale des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire, ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ex-vice-première ministre du Québec sous Jean Charest (2003 à 2011).

Accusations : Complot, corruption de fonctionnaires, fraudes envers le gouvernement, abus de confiance, fraude.

Devant la commission Charbonneau, elle a dit :« Si ça s’est fait, ça s’est fait à l’insu du ministère et de la ministre que j’étais. On appelle ça de la magouille et ça doit être condamné. »
 

Photo: Jaques Nadeau Le Devoir Marc-Yvan Côté

Marc-Yvan Côté

Fonctions : ministre libéral des Transports, ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre délégué à la Réforme électorale sous Robert Bourassa (1985 à 1994). Membre du Parti libéral du Canada jusqu’en 2005 et banni à vie après le scandale des commandites. Vice-président du développement des affaires chez Roche Conseil de 1994 à 2005.

Accusations : complot, corruption de fonctionnaires, fraudes envers le gouvernement, abus de confiance, fraude.

Devant la commission Charbonneau, il a dit, concernant la participation des firmes de génie-conseil au financement des partis politiques :« C’était dans l’air du temps. À l’époque, contribuer aux partis politiques — fédéral, provincial et municipal —, c’était dans les moeurs. »
 

Photo: Le Devoir Bruno Lortie

Bruno Lortie

Fonctions : ex-chef de cabinet de Nathalie Normandeau. Également très proche de Marc-Yvan Côté, qu’il décrit comme son « grand frère adoptif ».

Accusations : complot, corruption, abus de confiance, fraude contre le gouvernement.

Devant la commission Charbonneau, il a dit, à propos de son rôle dans le financement politique du Parti libéral du Québec :« Le financement, c’était juste un ajout à mes tâches qui étaient déjà pas mal remplies. »
 

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Ernest Murray

Ernest Murray

Fonctions : attaché politique au bureau de circonscription de Charlevoix du député péquiste Rosaire Bertrand et de l’ex-première ministre péquiste Pauline Marois (1994 à 2010).

Accusations : complot, abus de confiance, corruption de fonctionnaires.

Devant la commission Charbonneau, il a dit, au sujet des 10 000 $ qu’il a demandés et obtenus d’un ingénieur de Roche parce qu’il était incapable d’atteindre ses objectifs de financement :« Moi, je suis orgueilleux, je veux atteindre mes objectifs. »
 

Photo: Le Devoir François Roussy

François Roussy

Fonctions : maire de Gaspé (2005 à 2013). Conseiller et attaché politique du député péquiste de la circonscription, Gaétan Lelièvre (2014 à 2015).

Accusations : complot, abus de confiance.

Devant la commission Charbonneau, un ex-ingénieur de chez Roche a déclaré, à propos du voyage à Paris et à Saint-Malo que la firme de génie-conseil aurait payé à François Roussy :« On a fait beaucoup de terrasse. » En retour, Roche aurait obtenu de lucratifs contrats de la Ville en échange de versements d’argent dans un fonds d’aide local.
 

Photo: Le Devoir France Michaud

France Michaud

Fonctions : ex-vice-présidente de la firme de génie-conseil Roche. A été reconnue coupable en septembre de fraude et complot pour une affaire de stratagème d’octroi et de partage de contrats publics à Boisbriand.

Accusations : complot, corruption de fonctionnaires, fraudes envers le gouvernement, abus de confiance, fraude. Est aussi visée par des accusations de fraude fiscale déposées lundi par l’UPAC.

Devant la commission Charbonneau, elle a dit, à propos de l’utilisation de prête-noms et de stratagèmes de fausse facturation pour faire des dons politiques :« On le sait que ce n’est pas quelque chose qui est correct de faire du financement politique. On le faisait parce que tout le monde le faisait. »
 

Photo: Le Devoir Mario W. Martel

Mario Martel

Fonctions : ex-président et chef de la direction chez Roche.

Accusations : complot, corruption de fonctionnaires, fraudes envers le gouvernement, abus de confiance, fraude. Est aussi visé par des accusations de fraude fiscale déposées lundi par l’UPAC.

Devant la commission Charbonneau, il fut dit [que Mario Martel] aurait établi le budget annuel de financement des partis politiques avec France Michaud et aurait été mis au courant des plus importantes contributions aux partis.

1 commentaire
  • Raymond Chalifoux - Abonné 18 mars 2016 08 h 22

    "C'é-tu des légumes, ça?"

    C'é-tu criminel, ça? Y vont-tu perdre leur NEXUS?