Une manifestation exceptionnellement calme

Quelques centaines de personnes ont participé à la 20e marche contre la brutalité policière, mardi. Peu d’incidents ont secoué le parcours dans les rues du centre-ville de Montréal.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Quelques centaines de personnes ont participé à la 20e marche contre la brutalité policière, mardi. Peu d’incidents ont secoué le parcours dans les rues du centre-ville de Montréal.

La 20e manifestation du Collectif opposé à la brutalité policière (COBP) aura été exceptionnelle par sa forme et sa durée. Contrairement à l’an dernier, la manifestation de mardi soir s’est déroulée sans intervention policière, le rassemblement étant « toléré » par les forces de l’ordre.

Sur le coup de 20 h, quelques centaines de manifestants rassemblés au parc La Fontaine ont pris la rue, sous le regard attentif des policiers dispersés aux alentours.

La manifestation de 2015 n’avait duré que quelques minutes, puisqu’elle avait été déclarée illégale dès le départ. Le scénario ne s’est pas répété cette année : les manifestants ont marché librement en direction du centre-ville, sans qu’aucune intervention policière ait lieu. Au moment d’écrire ces lignes, les manifestants étaient rassemblés au square Cabot et aucune arrestation n’avait été effectuée.

Les policiers ont « toléré » la manifestation, a expliqué mardi soir l’agente Julie Letendre, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Est-ce que cette tolérance s’explique par les jugements rendus l’an dernier concernant le règlement P-6 et l’article 500.1 du Code de la sécurité routière ? « Je n’ai pas cette information », s’est-elle contentée de répondre.

En février 2015, le juge Randall Richmond, de la Cour municipale de Montréal, a donné raison à trois manifestants arrêtés en mars 2013 en vertu de l’article 2.1 de P-6. Celui-ci oblige la divulgation de l’itinéraire d’une manifestation. Des milliers de constats d’infraction ont par la suite été retirés par la Ville de Montréal.

Puis en novembre dernier, la Cour supérieure a invalidé l’article du Code de la sécurité routière qui empêche d’entraver la circulation.

Formule différente

Le COBP a fait les choses différemment cette année en invitant les manifestants à se rassembler dès 17 h au parc La Fontaine pour un « barbecue ». Il invitait de cette façon les citoyens à venir constater la manière avec laquelle les policiers traitent les manifestants.

Les manifestants ont reçu de la nourriture, des bouteilles d’eau et de quoi apaiser leurs yeux, s’ils devaient éventuellement se faire asperger de poivre de cayenne.

La foule était semblable à celle des années précédentes, essentiellement composée de jeunes adultes et de manifestants bien connus. Les traditionnels discours évoquant les raisons de la lutte contre la brutalité policière ont notamment fait référence au cas Fredy Villanueva.

Parmi la foule, un père a tenu à assister à l’événement avec sa femme et sa jeune fille. « Je trouve ça injuste que la police puisse agir en toute impunité », a expliqué l’homme, qui n’a pas voulu être identifié.

« J’essaie de ne pas cacher certaines choses à ma fille, a-t-il ajouté. Quand ils font quelque chose de mal, on dit à nos enfants de s’excuser et de ne pas recommencer. Les policiers, eux, font du mal, mais ils ne s’excusent pas et recommencent. »

À ses côtés, la femme qui l’accompagne — qui a elle aussi voulu demeurer anonyme — en veut aux médias qui couvrent chaque année la manifestation contre la brutalité policière en faisant état du nombre d’arrestations qui ont eu lieu. « Ce qu’on ne dit pas, c’est que ces gens-là finissent par être acquittés ! » a-t-elle déploré.

Avant de prendre la rue, les manifestants ont hissé une piñata à l’effigie d’un policier du SPVM. Un enfant a eu l’honneur d’asséner les premiers coups de bâton, avant que d’autres manifestants s’y mettent.