Bernard Trépanier atteint d’un cancer

Bernard Trépanier
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Bernard Trépanier

Le procès du Faubourg Contrecoeur accumule les retards. L’un des coaccusés souffrant d’un cancer, le juge Yvan Poulin a dû reporter l’audience des requêtes en arrêt de procédures à la semaine prochaine.

Hospitalisé la semaine dernière, l’ex-collecteur de fonds du parti Union Montréal, Bernard Trépanier, ne pourra se présenter au tribunal cette semaine bien qu’il ait quitté l’hôpital vendredi dernier, a indiqué son avocat lundi.

Me Daniel Rock, qui a remis au juge Poulin le rapport du médecin sur l’état de santé de son client, a signalé que M. Trépanier était atteint d’un cancer et qu’il avait rendez-vous avec son pneumologue ainsi qu’avec un oncologue lundi prochain.

« Le tribunal est devant une situation difficile », a reconnu le juge Poulin en précisant qu’il faudrait attendre les résultats de la rencontre avec les médecins avant de statuer sur la suite du procès.

Plusieurs scénarios devront vraisemblablement être examinés, dont celui de poursuivre les audiences sans Bernard Trépanier, ce qui pourrait entraîner la tenue de deux procès « de bonne envergure », a souligné le juge : « Nous devrons attendre de voir la situation ».

De son côté, la Couronne a qualifié le rapport médical remis par Me Rock de « laconique ». « Il n’explique pas en quoi M. Trépanier est incapable d’assister à son procès », a avancé la procureure de la Couronne, Me Nicole Martineau.

Le juge Poulin a donc remis à lundi prochain la suite des procédures. Il rendra sa décision quant à deux requêtes de la défense sur la divulgation de preuves le lundi 21 mars. Il a dit s’attendre à avoir des informations plus complètes sur l’état de santé de Bernard Trépanier le lendemain, faute de quoi il pourrait assigner le médecin à comparaître, a-t-il prévenu.

Les témoins

Le juge Poulin a également levé l’ordonnance de non-publication temporaire imposée vendredi sur la liste des 50 témoins civils qui devraient être appelés à la barre par la Couronne.

Parmi eux, on compte l’ex-maire Gérald Tremblay, Benoit Labonté, ancien membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, ainsi que Michel Doyon, ex-vérificateur général de la Ville qui s’était penché sur les irrégularités entourant la gestion du projet du Faubourg Contrecoeur.

Les témoignages d’autres fonctionnaires de la Ville sont attendus, dont celui de Claude Léger, ancien directeur général, Line Charest, ex-directrice du Contentieux, et Joseph Farinacci, ex-chef de la Direction stratégique des transactions immobilières (DSTI).

Une dizaine d’employés de la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM), anciens ou actuels, figurent aussi sur la liste, parmi lesquels Guy Hébert, de même que quatre représentants du Groupe Séguin, dont Michel Lalonde, et quatre témoins liés à Construction F. Catania.

Rappelons que le procès a débuté le 8 février dernier et qu’aucun témoin n’a encore été entendu. Les huit coaccusés, parmi lesquels l’ex-président du comité exécutif de la Ville, Frank Zampino, font face à des accusations de fraude, complot et abus de confiance en lien avec la vente d’un terrain de la Ville de Montréal à Construction F. Catania.