Un Québécois accusé de terrorisme

Ismaël Habib était déjà détenu en lien avec une affaire de harcèlement criminel et de possession de faux documents. Jeudi, il a aussi été accusé d’avoir fait une fausse déclaration en vue d’obtenir un passeport.
Photo: iStock Ismaël Habib était déjà détenu en lien avec une affaire de harcèlement criminel et de possession de faux documents. Jeudi, il a aussi été accusé d’avoir fait une fausse déclaration en vue d’obtenir un passeport.

Le Québécois Ismaël Habib a été formellement accusé au palais de justice de Montréal, vendredi, d’avoir tenté de quitter le Canada pour participer à une activité d’un groupe terroriste.

L’accusation à laquelle fait face le résidant de Gatineau, âgé de 28 ans, a été ajoutée au Code criminel canadien en 2013. Elle peut entraîner une peine d’emprisonnement maximale de dix ans.

La procureure fédérale au dossier, Lyne Décarie, a affirmé que la mise en accusation résultait d’une enquête toujours en cours et ayant débuté lorsque Ismaël Habib a été mis en détention une première fois, sous d’autres accusations, à Gatineau.

La procureure a avancé que les procureurs et la police examinent actuellement « beaucoup d’éléments de preuve ayant été révélés très récemment » pour déterminer ce qui serait admissible en cour. « C’est en évolution constante, l’enquête est toujours en cours, et tout cela a dû être analysé dans une courte période », a-t-elle dit aux journalistes.

Me Décarie a aussi annoncé qu’elle tenterait d’obtenir du juge un engagement à ne pas troubler l’ordre public, une mesure qui permettrait de surveiller le prévenu. Ismaël Habib était déjà détenu en lien avec une affaire de harcèlement criminel et de possession de faux documents. Jeudi, il a aussi été accusé d’avoir fait une fausse déclaration en vue d’obtenir un passeport.

Six Canadiens sur la liste du groupe EI

Par ailleurs, les noms de six Canadiens figureraient dans les documents obtenus par les services de renseignement de l’Allemagne et publiés jeudi par divers médias allemands. Ceux-ci contiennent les noms de 22 000 sympathisants du groupe armé État islamique (EI).

Selon la CBC, qui a obtenu les documents du site Web syrien Zaman Al-Wasl, ces six personnes résidaient en Alberta avant de quitter le pays. Farah Mohamed Shirdon, un Torontois qui vivait à Calgary, est du nombre. Depuis novembre, cet homme de 22 ans est sur la liste de personnes recherchées d’Interpol en raison d’accusations liées au terrorisme. Les Edmontoniens Omar Abdirahman Aden, les frères Hamza et Hersey Kariye et leur cousin Mahad Hersi seraient aussi identifiés comme des soldats du groupe EI. Ces trois derniers auraient été tués au combat, selon ce qu’a rapporté en janvier 2015 le père de Mahad Hersi. Un sixième Canadien, un Calgarien identifié comme Hussain Baroot, dont l’alias est Abu Othman al-Lubnani (le Libanais), aurait aussi grossi les rangs du groupe EI.

À voir en vidéo