Mariage: les règles demeurent, dit le Barreau

Le débat sur la portée juridique du mariage religieux — ouvert par un jugement de la Cour supérieure — ne change pour le moment rien aux règles qui régissent le mariage au Québec, a rappelé vendredi le Barreau du Québec. Dans la lignée de ce que disait le premier ministre Couillard jeudi, le Barreau réaffirme que peu importe si la cérémonie est « civile ou religieuse, le mariage célébré par tout célébrant autorisé par la loi est soumis aux obligations du Code civil du Québec ». Il implique un consentement libre et éclairé, et un enregistrement auprès du Directeur de l’état civil.

1 commentaire
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 5 mars 2016 06 h 27

    célébrant autorisé

    Il est donc clair que les mariages célébrés par des célébrants «non autorisés» ne sont pas valables. Un «célébrant» se considérant comme représentant d'une «autorité» doit posséder une «autorisation». À moins qu'un représentant voulant marier «devant Dieu seul» puisse montrer son autorisation signée de Dieu lui-même... ce qui doit être assez rare.

    Les religions suivent les Lois civiles de leur pays d'origine. Les religions peuvent voyager, mais les Lois non; elles doivent donc, afin de rester «légales», suivre les Lois de leur pays d'adoption. Et ces Lois sont «civiles».

    PL