Charkaoui divise les élus à Québec

Adil Charkaoui, photographié il y a un an
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Adil Charkaoui, photographié il y a un an

L’influence des prêches d’Adil Charkaoui se fait-elle encore sentir de manière détournée au Collège de Maisonneuve ? Une récente altercation au collège a relancé le débat à l’Assemblée nationale jeudi.

Un groupe où se trouvait le prédicateur avait loué un gymnase pour jouer au soccer, dimanche. Vers 18 h, heure de la prière ces jours-ci, un gardien aurait vu une dizaine d’hommes prier. Un conflit a éclaté avec un gardien, ce qui a entraîné une intervention de la police.

Dans un communiqué diffusé mercredi, la direction du collège indique qu’elle s’applique « à filtrer du mieux possible les locataires de nos locaux et plateaux sportifs », mais qu’il lui « est cependant difficile de contrôler toutes les personnes qui entrent et sortent de notre collège les fins de semaine ». Selon La Presse +, il y aurait eu plusieurs événements musclés au cégep au cours des derniers mois liés à un esprit de radicalisation. La direction du collège affirme que l’interprétation de ces faits est injustement gonflée.

« Quand le gouvernement va-t-il une fois pour toutes régler le cas d’Adil Charkaoui au cégep Maisonneuve ? » a demandé en chambre la députée du Parti québécois Agnès Maltais.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, rétorque en accusant l’opposition « de défendre le discours haineux » du fait qu’elle conteste l’adoption d’un projet de loi consacré à ce sujet. Québec a été appelé à refaire ses devoirs après avoir présenté le projet de loi 59. Les orientations, les concepts et la portée de ce projet de loi apparaissent mal définis au point de risquer d’être jugés inconstitutionnels. L’opposition considère que les amendements qui ont été présentés depuis sont toujours insuffisants et que, par ailleurs, un véritable plan d’action des libéraux continue de faire défaut.

« Son plan d’action, il ne marche pas », affirme Agnès Maltais. « Même la direction du collège fait part de son insatisfaction à l’égard du gouvernement. Le collège dit [être tanné] de l’inaction du gouvernement. Il y a plusieurs événements graves qui ont été rapportés au Collège de Maisonneuve. Et comme par hasard, Adil Charkaoui est toujours dans Maisonneuve. Et comme par hasard, Adil Charkaoui est toujours dans les parages. » Le Parti québécois accuse le gouvernement libéral « d’essayer de limiter la liberté d’expression » plutôt quede chercher à endiguer le travail « d’agents de radicalisation ». Le PQ estime en outre que le projet de loi des libéraux « donnera un outil incroyable aux islamistes, soit la Commission des droits de la personne, pour bâillonner toute l’opposition à cette radicalisation ».


Legault dénonce

En point de presse, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, dit « ne pas croire que le Collège de Maisonneuve va permettre à quelqu’un comme M. Charkaoui de continuer à aller prêcher contre les valeurs québécoises ». Il réclame « une loi pour interdire de prêcher contre les valeurs québécoises, c’est aussi simple que ça ». Il demande en attendant l’intervention de la Sûreté du Québec, puisque « de toute évidence », croit-il, le Collège de Maisonneuve n’a « pas réussi à reprendre le contrôle ». Le chef de la deuxième opposition à Québec a dit ne pas exclure la possibilité de devoir défier la Charte canadienne des droits et libertés pour soutenir une loi qui interdirait « de prêcher contre les valeurs québécoises ».

4 commentaires
  • - Inscrit 26 février 2016 10 h 00

    À qui les médailles?.

    Au Canada, soyez annonceur de nouvelles et attaquez comme du poisson pourri une tenante du laïcisme et vous recevrez la médailles du Gouverneur Général ! Nous en sommes là présentement. Les déshonneurs viennent avec les médailles.

    C'est plus que triste, c'est dangereux.

  • Fernand Laberge - Abonné 26 février 2016 11 h 10

    Maintenant on sait

    Prétendre que le projet de loi 59 règlerait une telle situation dépasse l'entendement. Ce serait plutôt l'inverse : l'individu invoquerait la discrimination pour cause religieuse...

    Déjà que les intervenants n'osent poser quelque geste de peur de provoquer l'on ne sait quoi, on imagine à quel point ils seraient tétanisés avec la loi 59.

    Un doute subsistait quant à la naïveté (au mieux) ou le manque de lucidité (au pire) concernant le projet de loi 59 du gouvernement. Maintenant on sait qu'il s'agit de la pire mauvaise foi et de la plus laide des partisanneries.

  • Jean-Pierre Lévesque - Inscrit 26 février 2016 11 h 32

    L'opposition au pouvoir

    Alors que la plupart des gens et de nombreux spécialistes son d'accord pour que le cas Charkaoui soit traité avec plus de rigeur par le gouvernement, les libéraux au pouvoir forment l'opposision à l'opposition. Faut le faire!

  • Jean-Pierre Lévesque - Inscrit 26 février 2016 11 h 32

    L'opposition au pouvoir

    Alors que la plupart des gens et de nombreux spécialistes son d'accord pour que le cas Charkaoui soit traité avec plus de rigeur par le gouvernement, les libéraux au pouvoir forment l'opposision à l'opposition. Faut le faire!