Une fusillade de trop, un drame de plus

Des membres de la communauté à majorité autochtone se réconfortaient, dimanche, près d’un mémorial en l’honneur des victimes.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Des membres de la communauté à majorité autochtone se réconfortaient, dimanche, près d’un mémorial en l’honneur des victimes.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a confirmé dimanche, en début de soirée, que les sept personnes blessées lors de la fusillade qui a coûté la vie à quatre membres de la communauté autochtone de La Loche, sont toujours dans un état critique.

De passage en compagnie du ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, et du chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, le premier ministre saskatchewanais a offert ses condoléances aux familles des victimes et a affirmé que la communauté obtiendrait tout le soutien dont elle aura besoin pour aider les habitants dans cette épreuve difficile, mais aussi à long terme pour l’infrastructure, l’éducation et les soins de santé. « Les jeunes ont besoin d’un sentiment d’espoir, et je crois que plusieurs problèmes de santé mentale découlent du manque d’espoir des gens […] Ce sont des enjeux liés à la qualité de vie qui concernent l’éducation et les soins de santé », a-t-il déclaré.

Le ministre Ralph Goodale a pour sa part indiqué que le gouvernement Trudeau serait à l’écoute afin de retenir des leçons du drame. Le ministre s’attend à ce que Justin Trudeau visite prochainement La Loche. « Cette communauté est l’épicentre de la plus récente tragédie, mais c’est un ensemble d’enjeux auxquels ce pays doit s’attaquer et M. Trudeau est déterminé à le faire », a-t-il ajouté.

Besoin d’une stratégie

Perry Bellegarde croit, pour sa part, qu’il est impératif que le pays se dote d’une stratégie à long terme pour améliorer la qualité de vie dans les communautés autochtones.

La Gendarmerie royale du Canada de la Saskatchewan a indiqué que neuf personnes avaient été atteintes par balles durant une période de huit minutes à l’école communautaire La Loche vendredi après-midi. Le jeune suspect, dont l’identité ne peut être divulguée conformément à la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, doit comparaître pour la première fois lundi devant la cour provinciale de Meadow Lake.