Loto-Québec se lance dans le pari politique

Loto-Québec emboîte ainsi le pas à d’autres sociétés de loteries et de jeux provinciales ou régionales qui ont aussi mis sur pied des paris consacrés à la politique américaine ou étrangère.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Loto-Québec emboîte ainsi le pas à d’autres sociétés de loteries et de jeux provinciales ou régionales qui ont aussi mis sur pied des paris consacrés à la politique américaine ou étrangère.

Qui, des candidats démocrates et républicains, succédera à Barack Obama à la tête des États-Unis ? Les paris sont ouverts. Littéralement. Loto-Québec permettra dès lundi de miser sur l’issue de l’élection présidentielle américaine, a appris Le Devoir. Une première.

Les fervents de politique américaine auront l’occasion de parier sur les résultats de l’élection du 8 novembre 2016 à partir de 10 h lundi, comme les amateurs de sport peuvent le faire depuis de nombreuses années en ce qui a trait aux scores des matchs de hockey ou de football, par exemple.

Il s’agit là d’une toute première incursion dans le monde du pari politique pour la société d’État québécoise, confirme son porte-parole Patrice Lavoie. « On tente d’organiser des paris sur ce qui intéresse les gens, sur ce qui fait l’actualité. La politique américaine est sur les lèvres de tout le monde actuellement », fait-il valoir.

Si la vaste majorité des paris offerts par Loto-Québec en ligne ou en magasin concernent le sport, d’autres paris non sportifs ont fait leur apparition au cours des dernières années. Loto-Québec a fait son entrée dans les paris non sportifs pour la première fois en 2013, en se tournant vers la culture et le divertissement afin d’attirer une nouvelle clientèle. Les Oscar, les prix Grammy de même que les galas de l’ADISQ et des Olivier ont tour à tour donné lieu à des paris. Ce fut également le cas de l’émission de téléréalité La voix, en 2013 et en 2014. Les paris, qui représentent actuellement 3,5 % des recettes de loteries, ont connu une croissance de 16 % pour les trois premiers trimestres de 2015-2016 comparativement à la même période l’an dernier.

Politologue spécialiste de la politique américaine à l’Université Concordia, Graham G. Dodds, lui-même américain, croit qu’il est tout naturel que Loto-Québec se tourne vers la politique des États-Unis, compte tenu de la fascination que celle-ci exerce au Canada. « Il y a cette perception dans l’électorat québécois et canadien, parfois à tort à mon avis, que la politique américaine est plus intéressante que celle d’ici. Et c’est impossible de le nier, elle prend actuellement des allures de cirque avec la candidature de Donald Trump, qui est une célébrité et qui amène avec lui cet aspect “spectacle”. Ce sera très excitant pour les gens qui vont parier, probablement plus que pour certains sports », dit-il. « Je vais certainement y jouer. »

 

De 1 $ à 100 $ par question

Loto-Québec emboîte ainsi le pas à d’autres sociétés de loteries et de jeux provinciales ou régionales, telles que Loto Atlantique et la BCLC, en Colombie-Britannique, qui ont toutes les deux mis sur pied, au cours des dernières années, des paris consacrés à la politique américaine ou étrangère. BCLC offre aussi la possibilité de parier sur le nom du prochain monarque britannique, celui de la future épouse du prince Harry, l’identité de la prochaine rédactrice en chef du magazine Vogue et… l’existence de vie extraterrestre.

Sur le site Mise-o-jeu de Loto-Québec (ou chez un détaillant), les parieurs seront appelés à répondre à quatre questions visant à déterminer qui remportera les courses à l’investiture des partis démocrate et républicain, le parti qui l’emportera en novembre et le nom du nouveau président américain. Les parieurs pourront jouer de 1 $ à 100 $ par question, et l’argent remporté variera en fonction de la « cote » rattachée à chacun des choix possibles. « Quelqu’un qui miserait 100 $ sur le Parti démocrate remporterait 155 $ si la cote est de 1,55 », dans l’éventualité d’une victoire démocrate, expose M. Lavoie. Le taux de retour varie entre 70 % et 90 %, selon la question.

Plusieurs opérateurs privés offrent déjà ce genre de paris en ligne, bien que le site de Loto-Québec soit le seul site où il est « légal » pour les Québécois de jouer.

Des paris épineux

Titulaire de la Chaire de recherche sur l’étude du jeu, la professeure Sylvia Kairouz rappelle que les paris politiques existent depuis plus d’un siècle. Ceux-ci avaient même une certaine « utilité sociale », puisque la tendance observée dans le cadre de ces paris permettait de mesurer les préférences de l’électorat, des décennies avant l’apparition de sondages scientifiques. Les paris politiques ont depuis perdu cette « utilité », croit-elle.

« Il faut aussi se demander si on est en train de récupérer un marché qui existe déjà auprès de ces opérateurs privés, ou si on n’est pas plutôt en train de créer une nouvelle offre, afin d’inciter la population à jouer, à parier plus. Plus on va s’approcher des élections, plus les gens vont la suivre, s’y intéresser », note l’experte.

Bien qu’elle instrumentalise un acte démocratique pour en faire l’objet d’un jeu, cette première immixtion du côté du pari politique présente toutefois l’avantage de ne pas toucher directement à la démocratie canadienne, juge Mme Kairouz.

Loto-Québec se dit d’ailleurs bien consciente de cet aspect épineux. « On n’exclut pas de [lancer un pari sur la politique fédérale canadienne] un jour, mais évidemment, on est ici dans un contexte où la politique américaine ne nous concerne pas directement […] Si on était en politique canadienne ou même québécoise, comme société d’État, ça deviendrait délicat. Nous n’avons pas l’intention de nous embarquer là-dedans pour l’instant. »

« Tous nos parieurs ne sont évidemment pas des amateurs de galas de remise de prix ou encore de politique américaine, mais nous offrons ce type de questions parce qu’elles savent plaire à une clientèle précise », conclut M. Lavoie.

7 commentaires
  • Stéphane Laporte - Abonné 25 janvier 2016 02 h 43

    C'est un blague?

    Heeeee.... Le gouvernement du Québec organise des paris sur des élections étrangères? Dites-moi que c'est une farce?!? Et la démocratie est devenue objets comme les matchs sportifs professionnels? Loto Québec doit absolument reculer, c'est inamissible.

    • Marc Davignon - Abonné 25 janvier 2016 09 h 05

      Des génies? «[...] mais nous offrons ce type de questions parce qu’elles savent plaire à une clientèle précise.»

      Nous sommes gérés par des sociopathes!

  • Jacques Morissette - Abonné 25 janvier 2016 05 h 15

    L'aventure est au coin de la rue

    Loto Québec vient d'ouvrir une porte. Je suis curieux de l'aventure, ou s'en rend-il réellement compte, qu'il a décidé de prendre?

  • Jules Desrosiers - Abonné 25 janvier 2016 07 h 17

    Dégoutant

    Oui, dégoutant!

  • Roland Berger - Inscrit 25 janvier 2016 08 h 40

    Un effort d'américanisation de plus

    Il y avait déjà suffisamment de moyens et de détours pour renforcer l'américanisation des Québécois et Québécoises. Loto Québec vient faire sa part. Voilà qui en dit long sur le nationalisme « libéral » de ses dirigeants !

  • Brian Monast - Abonné 25 janvier 2016 08 h 52

    Contre

    Point.