Les cols blancs entrent en grève

Des cols blancs de la Ville de Montréal lors d'une manifestation en décembre 2015
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des cols blancs de la Ville de Montréal lors d'une manifestation en décembre 2015

Les quelque 8000 cols blancs de la Ville de Montréal entameront une grève tournante de 37 jours à compter de lundi, pour faire pression sur l’administration du maire Coderre pour le renouvellement de leur contrat de travail venu à échéance le 31 décembre 2011. Cette nouvelle vague de moyens de pression atteindra son paroxysme lors de la grève générale prévue le 1er mars.

Tour à tour, tous les services, bureaux et arrondissements de la métropole devraient être concernés.

Dès lundi, la grève tournante touchera le Bureau du vérificateur général, le Secrétariat de liaison de l’agglomération de Montréal, le Service de la direction générale, le Service des communications, de même que les arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et Saint-Laurent.

Pas d’heures supplémentaires

En plus de la grève tournante, les cols blancs n’effectueront aucun travail en heures supplémentaires durant toute la période de débrayage. Seuls les services essentiels prescrits par la loi (le service de police, celui des incendies, du 311 et celui des technologies) doivent être maintenus.

Le président du Syndicat des cols blancs de la Ville de Montréal, Alain Fugère, a rappelé, par voie de communiqué, que les cols blancs sont sans contrat de travail depuis maintenant quatre ans, ce qui est « honteux pour une grande ville ». Selon lui, « Denis Coderre est [toutefois] le seul responsable » puisqu’il « a refusé d’entamer des discussions sérieuses et fructueuses avec le syndicat ».

Le syndicaliste est aussi d’avis qu’il « est plus que temps que la Ville démontre plus de respect envers ses employés et qu’elle laisse tomber ses demandes excessives qui visent notamment à appauvrir ses travailleurs d’un bord et privatiser l’ensemble des services de l’autre ».

M. Fugère a déploré l’intention de la Ville de réduire la rémunération globale des cols blancs de 12 à 14 % et d’éliminer les limites qui existaient jusqu’alors en matière de sous-traitance, et ce, malgré les risques révélés par la commission Charbonneau.

Depuis le 15 janvier, les parties sont devant un conciliateur nommé par Québec pour tenter un rapprochement.