Une fusillade dans le nord de la province fait quatre morts et plusieurs blessés

La Loche — Au moins quatre personnes ont été tuées et un nombre indéterminé d’autres ont été blessées lors d’une fusillade survenue vendredi dans une communauté autochtone du nord de la Saskatchewan, a annoncé la Gendarmerie royale du Canada (GRC), lors d’un point de presse, en soirée.

Plus tôt, le premier ministre du Canada, citant des renseignements fournis par la GRC, avait annoncé cinq morts et deux blessés graves. Justin Trudeau avait précisé qu’il avait été mis au courant de la situation par le commissaire de la police nationale.

Justin Trudeau a affirmé que ce genre de tragédie était le « pire cauchemar de tous les parents », ajoutant que le Canada était endeuillé et se tenait aux côtés de la communauté de La Loche et de toute la Saskatchewan en ce « jour terrible et tragique ».

Le premier ministre Brad Wall a pour sa part diffusé un communiqué vendredi exprimant son choc et son chagrin après ce qu’il a qualifié « d’événements horribles » à La Loche. Il a également tenu à remercier la GRC et le personnel d’urgence qui sont intervenus rapidement.

« On ne peut décrire le chagrin et la tristesse que nous ressentons à l’égard des victimes de la fusillade d’aujourd’hui à La Loche, en Saskatchewan, ainsi que de leurs proches et de leurs êtres chers », a déclaré de son côté la chef par intérim du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, par voie de communiqué.

Sur Twitter, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a offert ses pensées « pour tous ceux affectés par les incidents de La Loche, incluant [la députée néodémocrate] Georgina Jolibois, dont certains [des] proches étaient sur place ».

Maureen Levy, une représentante de la GRC, a confirmé qu’un suspect de sexe masculin avait arrêté à 13 h 47 vendredi et qu’une arme avait été saisie. Elle a indiqué que des enquêtes étaient présentement en cours à deux endroits à La Loche : l’une dans une résidence et l’autre dans une école.

Mme Levy a refusé de fournir des détails sur les victimes afin de ne pas compromettre les investigations en cours.

Elle a cependant insisté sur le fait que la situation était maîtrisée et que le public n’était pas en danger.

Des coups de feu ont retenti à l’école secondaire communautaire La Loche vers 13 h, vendredi.

L’édifice de l’école où s’est déroulée la fusillade, qui accueille des élèves de la septième à la douzième année, a été bouclé pendant plusieurs heures. L’école élémentaire Ducharme, qui se trouve quelques rues plus loin, a également été fermée par mesure de précaution.

Comptant quelque 3000 habitants, La Loche est une communauté de la Première Nation dénée située à l’est du lac du même nom, dans le nord de la forêt boréale.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 23 janvier 2016 00 h 22

    Quelle tristesse

    Quelle horreur, que les moeurs sont quelque chose de fragile, est-ce que l'on sait qui est ou sont les tueurs, est-ce un ados en crise, quelle en est la problématique? Je n'ose dire quoi que ce soit avant d'en connaitre les circonstances, mais quelle tristesse a l'opposé de la joie