Juripop met en demeure Uber

Photo: Michaël Monnier Le Devoir

La clinique juridique Juripop annoncera ce vendredi matin qu’elle met en demeure le service de transport Uber en raison des tarifs majorés qu’il a exigés de ses usagers le soir du Nouvel An.

Le président de la clinique et associé chez Deveau avocats, Marc-Antoine Cloutier, doit en faire l’annonce en compagnie de Catherine Papillon, une utilisatrice d’Uber qui a été surprise par le montant que le service controversé lui a facturé dans la nuit du 1er janvier.

L’avocat doit également expliquer les procédures judiciaires que Juripop a l’intention d’entreprendre contre Uber.

Catherine Papillon dit avoir payé près de 100 $ pour une course l’ayant menée du Vieux-Port de Montréal à l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie. Comme elle, plusieurs utilisateurs d’Uber se sont plaints des tarifs gonflés au tournant de l’année, et ce, même si l’application exigeait que ses utilisateurs confirment la majoration lors de la commande d’une voiture.

Prix ajustés

 

Le service Uber ajuste ses prix en fonction de l’achalandage dans certaines zones. Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, il a donc fait bondir ses tarifs en raison d’une hausse importante de la demande. Dans certains cas, les prix des courses ont atteint huit fois les tarifs ordinaires.

En réaction aux nombreuses plaintes d’utilisateurs, le ministre québécois des Transports, Robert Poëti, a pressé les citoyens de tourner le dos à Uber, qu’il considère comme illégal. Il a qualifié les tarifs d’Uber de « prohibitifs » et communiqué son intention de légiférer sur le service, bien que cette démarche puisse prendre deux ans.

À voir en vidéo