Le crime organisé montréalais perd ses têtes dirigeantes

Les principales têtes dirigeantes de la mafia italienne, des gangs de rue et des Hells Angels ont été arrêtées jeudi, dans une rafle policière qui a aussi permis de déjouer un complot de meurtre qu’aurait planifié Maurice « Mom » Boucher derrière les barreaux.

De sa cellule du pénitencier de Sainte-Anne-des-Plaines, l’ex-chef de guerre des Hells Angels aurait élaboré un plan pour tuer le caïd Raynald Desjardins, aussi emprisonné. « Pour planifier ce complot, M. Boucher et sa fille [Alexandra Mongeau] se parlaient en langage codé. Le mobile était lié au contrôle de la vente de stupéfiants », a expliqué Patrick Bélanger, inspecteur-chef à la Sûreté du Québec.

En tout, 48 personnes actives au sein du crime organisé de la grande région de Montréal ont été appréhendées, pour la plupart au petit matin. Elles seraient toutes impliquées, à des niveaux plus ou moins importants, dans ce que les policiers ont appelé « l’alliance », sorte de table de concertation visant à garder le contrôle des territoires, de l’approvisionnement et de la distribution de stupéfiants.

Deux avocats arrêtés

Au sommet des chaînes de commandes se trouvaient Gregory Wooley, représentant des gangs de rue et homme de confiance des Hells Angels, de même que Stefano Sollecito et Leonardo Rizzuto, de la mafia italienne.

L’arrestation de ce dernier, avocat et fils du défunt parrain Vito Rizzuto, constitue une surprise, malgré sa filiation. « On le savait plus low profile. Mais de le voir prendre le plancher avec Cavalière, c’est un peu trouble », a analysé Sylvain Tremblay, spécialiste du crime organisé et officier à la retraite de la Sûreté du Québec. Loris Cavalière, aussi avocat, a été identifié par les autorités comme étant le « facilitateur » des têtes dirigeantes du crime organisé. « De mettre un bureau d’avocats à la disposition des motards, on a vu ça dans presque toutes nos enquêtes », a réagi M. Tremblay.

Ce type d’endroit est prisé par les membres du crime organisé, parce qu’il est « très, très difficile » pour les policiers d’obtenir l’autorisation d’y installer des micros, en raison du secret professionnel.

La frappe policière, qui a impliqué 200 policiers, a mis fin à une enquête entamée en janvier 2013. Au-delà des modes de contrôle du territoire et des stupéfiants, l’enquête a permis de découvrir que c’est au chef des Hells Angels, Salvatore Cazzetta, que revenait la tâche de gérer l’argent issu du crime organisé, remis sous forme de cotes et de taxes.

Tandis que les membres des Hells Angels s’affichent en public pour réaffirmer leur présence sur le territoire, l’enquête est venue appuyer l’impression que l’organisation criminelle reprend du galon, selon l’ex-analyste de renseignements à la Direction des renseignements criminels de la Gendarmerie royale du Canada, Pierre De Champlain. « La mafia montréalaise ressort plus affaiblie de cette opération, surtout avec le faible leadership de Sollecito », a-t-il observé. « Il n’y a pas encore un leader solide, qui a un certain charisme, qui a pris les affaires en main. […] La mafia doit s’associer pour pouvoir poursuivre ses activités. »

Pierre De Champlain n’écarte pas la possibilité d’une résurgence de la violence dirigée contre la table de concertation afin que soit désignée la relève des dirigeants actuels. De son côté, Sylvain Tremblay s’attend à observer une sorte de « roulement » naturel. « Ça prendra deux jours pour les remplacer », a-t-il dit à propos du départ des têtes dirigeantes. Selon lui, environ 1000 personnes sont impliquées dans le trafic de drogue à Montréal. « On leur a fait mal en arrêtant des dirigeants, mais on n’a pas arrêté toute la table », a-t-il souligné. « Plusieurs membres en règle des Hells Angels sont en liberté. Et de toute façon, ils sont capables de contrôler les activités à partir de la prison. » Jeudi, Maurice Boucher l’a encore prouvé.

4 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 20 novembre 2015 05 h 11

    Procureurs

    Souhaitons maintenant que les procureurs ne déferont pas le bon travail des policiers cette fois-ci.

    PL

    • François Dugal - Inscrit 20 novembre 2015 09 h 15

      Le nombre de procureurs a été réduit, l'austérité est passée par là, monsieur Lefebvre.

  • François Dugal - Inscrit 20 novembre 2015 09 h 13

    La voie

    La voie est maintenant libre pour la génération montante.

  • Yvon Bureau - Abonné 20 novembre 2015 13 h 10

    Prisonville

    Quand aurons-nous dans le grand Nord québécois et canadien une ou des prisons sans les moyens de communication extérieure ... ?

    C'est comme si, ces temps-ci, même en prison, on peut vivre comme si on y était pas !