Hausse modulée des tarifs d'électricité - Des enfants? Un logis mal isolé? Une facture salée!

La hausse modulée des tarifs d'électricité, censée aider les plus démunis, va pénaliser les familles avec plusieurs enfants, riches ou pauvres. La modulation ne règle pas tout, reconnaît Hydro-Québec.

Québec — Le ministre des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs, Sam Hamad, n'a pas pu expliquer hier comment la hausse modulée des tarifs en fonction de la consommation, demandée par Hydro-Québec, ne va pas frapper de plein fouet les familles avec plusieurs enfants, en particulier les plus démunies.

En commission parlementaire hier, Hydro-Québec a amorcé la présentation, d'une durée de deux jours, de son plan stratégique 2004-05. Hydro-Québec Distribution, le bras de la société d'État qui achemine l'électricité aux Québécois et qui a présenté des demandes de hausse des tarifs à la Régie de l'énergie, était la première à répondre aux questions des parlementaires. Hydro-Québec Trans-Énergie a suivi en après-midi. Hydro-Québec Production, la planche à billets de la société d'État, filiale non réglementée dont le rendement sur l'avoir propre dépasse les 25 % en 2003, comparaît aujourd'hui.

Dans sa demande de hausse des tarifs de 2,9 % présentée à la Régie de l'énergie pour entrer en vigueur le 1er avril prochain après une première hausse de 3 % autorisée à compter du 1er janvier dernier, Hydro-Québec Distribution a voulu épargner les petits consommateurs avec une augmentation modulée: pas de hausse pour les premiers 30 kWh consommés quotidiennement et une augmentation de 7,15 % pour le tarif appliqué à la consommation en sus. Si les personnes seules occupant un appartement s'en tirent avec une hausse de 2,1 %, les familles habitant un bungalow ordinaire subissent une augmentation de 4,2 %, et les grands consommateurs résidentiels, une hausse de 4,7 %. Si on tient compte de l'augmentation de 3 % introduite au début de l'année, les familles feront face à une hausse de plus de 7 % de leur facture d'électricité si la Régie de l'énergie accède à la dernière demande d'Hydro-Québec. «Notre but, c'est de faire en sorte que les plus démunis reçoivent le moins possible l'augmentation», a expliqué le p.-d.g. d'Hydro-Québec, André Caillé.

Mais les représentants des groupes de consommateurs, comme Manon Lacharité, de l'Union des consommateurs, qui regroupent des ACEF, croient au contraire que les familles avec plusieurs enfants, qui consomment beaucoup d'énergie, écoperont. En outre, les familles les plus démunies habitent souvent des logements ou des domiciles moins bien isolés. Les locataires dépendent en outre du bon vouloir de leur propriétaire pour améliorer la situation.

«La modulation va certainement aider», a soutenu Sam Hamad au cours d'un point de presse. «Il y a une corrélation entre la consommation et le revenu.»

Or, en commission parlementaire, le président d'Hydro-Québec Distribution, André Boulanger, a reconnu que l'étude qui établissait cette corrélation n'était valable que dans trois cas sur quatre. Le quatrième cas, ce sont des familles à faible revenu qui affichent une consommation élevée. La modulation des tarifs est un moyen qui «n'est pas parfait» pour faire en sorte que les démunis ne soient pas frappés par les hausses de tarif, a reconnu M. Boulanger.

Pour aider les plus démunis, M. Caillé a annoncé qu'Hydro-Québec triplera sa contribution annuelle à l'Agence d'efficacité énergétique: celle-ci passera de 1,2 million à 3,6 millions de dollars. Cet apport servira à aider les plus démunis à réduire leur consommation d'électricité, a-t-on expliqué. «Il y a des mesures très peu dispendieuses qui permettent de faire beaucoup», a souligné M. Caillé.

Hydro-Québec créera également un fonds doté d'environ trois millions, en collaboration avec les ACEF, pour aider les mauvais payeurs à acquitter leur facture d'électricité. Environ 15 000 clients d'Hydro-Québec pourraient avoir besoin de cette aide, a signalé M. Boulanger.