Lac Érié - Dix personnes périssent dans l'écrasement d'un Cessna

Windsor, Ontario — Les équipes de secours devaient attendre ce matin pour entreprendre la plongée visant à récupérer la carcasse de l'avion qui s'est écrasé samedi dans les eaux froides du lac Érié, et les cadavres des victimes.

Dix personnes, dont neuf Canadiens, ont péri quand le Cessna, un monomoteur, s'est abîmé dans le lac, à la frontière canado-américaine, peu après son décollage de l'île Pelée, samedi.

Pendant que les plongeurs de la police ontarienne et des équipes de la garde côtière préparaient leur mission, hier, un porte-parole de la police a indiqué en conférence de presse que les opérations ne débuteraient probablement pas avant ce matin, à cause de la complexité de la plongée sous la glace, de l'eau extrêmement froide et de la température. «Il faut une planification élaborée avant que la plongée puisse commencer», a expliqué le sergent Doug Babbit.

Il a ajouté que la couverture de glace à l'endroit où se trouve présumément l'appareil s'est déplacée, ce qui complique la tâche d'identifier avec précision l'endroit où l'avion s'est finalement arrêté.

Selon un enquêteur du Bureau canadien d'enquête sur les accidents de transport, l'enquête sur les causes de l'accident prendra vraisemblablement plusieurs jours. La durée de l'enquête dépendra notamment de l'état de l'appareil — si l'avion est retrouvé en un seul tenant, ou s'il s'est brisé en plusieurs morceaux.

L'avion de la compagnie Georgian Express avait décollé en fin d'après-midi à destination de Windsor. Peu de temps après, les contrôleurs du trafic aérien ont reçu un signal de détresse, puis ont perdu contact avec le pilote.

Selon les premières informations, l'appareil se serait écrasé sur la surface gelée du lac pour ensuite sombrer sous l'eau.

Selon le sergent Babbit, les victimes sont le pilote, un Ontarien, et huit hommes, également Ontariens, qui effectuaient une excursion de chasse. La dixième victime est un Californien, ami du pilote.