Des services de garde en milieu familial craignent de disparaître

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, aurait affirmé récemment qu’il n’y avait pas de différence entre un service de garde en Centre de la petite enfance et une garderie commerciale.
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, aurait affirmé récemment qu’il n’y avait pas de différence entre un service de garde en Centre de la petite enfance et une garderie commerciale.
Des responsables en service de garde en milieu familial, membres de la CSN, reviennent à la charge pour dénoncer le gouvernement Couillard qui, à leur avis, fait tout pour affaiblir le réseau. Ils vont même jusqu’à craindre la disparition de certaines garderies familiales.

Lucie Longchamps, la représentante du secteur des responsables en service de garde (RSG) à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), en veut à la décision récente du gouvernement du Québec d’abolir le principe de la tarification unique et l’imposition, à la place, d’une tarification modulée en fonction du revenu familial.

Pour elle, le résultat est inquiétant, car plusieurs RSG sont menacés de disparaître. C’est que des parents quittent de plus en plus les services éducatifs en milieu familial régis, pour aller vers les garderies commerciales sans place à contribution réduite, en profitant « largement » des crédits d’impôt octroyés aux familles.

La porte-parole syndicale en veut aussi à la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, qui aurait affirmé récemment qu’il n’y avait pas de différence entre un service de garde en Centre de la petite enfance (CPE) et une garderie commerciale, alors qu’elle était interrogée sur le fait que 4000 enfants avaient quitté les CPE pour aller dans des garderies à but lucratif.

Mme Longchamps tient à rappeler que les services de garde éducatifs offerts en milieu familial ont des standards élevés, ce qui, selon elle, est confirmé par le faible nombre de plaintes visant ces services.

En conséquence, Mme Longchamps plaide pour que la ministre Charbonneau renforce le développement des services de garde subventionnés en milieu familial.

Malgré le mauvais temps, des dizaines de personnes de la région de Montréal, soit des responsables de garderies et des parents accompagnés de leurs enfants, ont tenu samedi à participer à un rassemblement festif dans un parc du quartier Ahuntsic, à Montréal, pour défendre leur point de vue.
 
1 commentaire
  • Josée Duplessis - Abonnée 13 septembre 2015 07 h 23

    Surtout que les libéraux avaient liens avec certains centre de service de garde dont un ministre...
    Voici l'extrait du Journal de Montréal datant du mois de mai 2015 relatant l'ére prospère de ceux-ci:
    ''Selon ce que rapporte le Journal de Montréal, des entrepreneurs ayant reçu un permis du ministère de la Famille pour à peine 1000 $ il y a quelques années le revendent aujourd'hui pour plus de 2 millions de dollars.''
    Et en plus:

    ''En point de presse, le député Traversy a allégué que ce sont surtout des libéraux notoires qui se remplissent les poches après avoir obtenu un permis en échange d'une contribution au Parti libéral sous le gouvernement de Jean Charest, il y a quelques années.''
    Je me demande si c'est la même chose pour les résidences pour personnes pagées. Je me rappelle quand ma grand-mère a été placée il y a de cela des années, c'était la mafia qui contrôlait cette résidence.