Anonymous: Blaney dit que les menaces sont prises au sérieux

Le ministre a évité les questions au sujet des mesures prises par le gouvernement après l'attaque d'Anonymous contre le site internet de la GRC.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le ministre a évité les questions au sujet des mesures prises par le gouvernement après l'attaque d'Anonymous contre le site internet de la GRC.

Delta, Colombie-Britannique — Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, affirme que les menaces contre la GRC par le groupe de pirates informatiques Anonymous sont prises au sérieux, mais il offre peu de détails sur ce que le gouvernement compte faire.

Lorsque questionné par des journalistes sur une enquête à propos des menaces du groupe contre un agent de la GRC ayant abattu un homme masqué à Dawson Creek, en Colombie-Britannique, M. Blaney a répondu qu’il avait pleinement confiance envers le Bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique pour qu’il fasse la lumière sur les menaces.

Un porte-parole du ministre de la Sécurité publique a indiqué plus tard que M. Blaney, francophone, avait mal compris la question et faisait plutôt référence à l’enquête du Bureau sur l’intervention de l’agent de la GRC en Colombie-Britannique ayant mené à la mort de l’homme masqué.

La GRC — et non le Bureau des enquêtes indépendantes de la Colombie-Britannique — est chargée d’enquêter sur les menaces, et le caporal Dave Tyreman a indiqué que le corps policier examinait actuellement les publications sur les réseaux sociaux.

Lors d’une conférence de presse à Delta, en Colombie-Britannique, M. Blaney a évité les questions au sujet des mesures prises par le gouvernement après que des membres d’Anonymous eurent revendiqué une attaque informatique ayant entraîné la fermeture du site Internet de la GRC pendant plusieurs heures, dimanche.

Il a dit que le gouvernement prenait au sérieux la question de la sécurité des réseaux informatiques. Il a rappelé que le dernier budget fédéral prévoyait une augmentation des ressources accordées à la sécurité informatique du gouvernement et du secteur privé.


 
1 commentaire
  • Maryse Veilleux - Abonnée 21 juillet 2015 22 h 20

    Dans les faits ils font le contraire...

    ... le gouvernement fédéral a créé Services Partagés, responsable de l'ensemble du réseau gouvernemental pour le fédéral. Auparavant chaque ministère était responsable de son réseau et avait des logiciels et des systèmes totalement différents les uns des autres. Maintenant ils ont tout centralisés, les systèmes deviennent uniformes dans tous les ministères, ce qui les rends beaucoup plus vulnérables et faciles à pénétrer. Lorsque les serveurs tombent en panne, ce n'est pas seulement une province qui est touchée mais l'ensemble du Canada. Grand écart entre le discours et la réalité.