Les organismes de bienfaisance dans un cul-de-sac

Face à la multiplication de boîtes de dons de fondations bidon, plusieurs municipalités ou arrondissements de Montréal ont réagi à leur façon, en encadrant ou en interdisant l’installation de ces boîtes.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Face à la multiplication de boîtes de dons de fondations bidon, plusieurs municipalités ou arrondissements de Montréal ont réagi à leur façon, en encadrant ou en interdisant l’installation de ces boîtes.

Après des années de lutte, les organismes de bienfaisance dûment enregistrés se retrouvent dans un cul-de-sac. Leur représentation auprès de nombreuses municipalités et du gouvernement du Québec n’a pas empêché la prolifération des boîtes de dons de fausses fondations, qui les prive de milliers, voire de millions de dollars chaque année. Dans un ultime effort pour modifier les règlements municipaux en sa faveur, la fondation Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal fait donc appel à un lobbyiste, tandis que l’organisme Entraide diabétique du Québec songe carrément à se financer autrement.

Dans une nouvelle inscription au registre des lobbyistes datée du 26 juin, la fondation Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal a confié à Daniel Gingras le mandat de négocier avec les municipalités pour qu’elles permettent l’installation de ses boîtes de collecte de vêtements semi-enfouies dans le stationnement d’édifices commerciaux avec qui elle a une entente.

La fondation collabore de cette façon avec les magasins à grande surface depuis près d’une dizaine d’années, mais est aujourd’hui confrontée à différents règlements municipaux plus contraignants. Face à la multiplication de boîtes de dons de fondations bidon ou d’entreprises privées, plusieurs municipalités ou arrondissements de Montréal ont réagi à leur façon, en encadrant ou en interdisant l’installation de ces boîtes. Les organismes de bienfaisance comme Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal qui se financent grâce aux vêtements récoltés se voient donc contraints de retirer leurs boîtes de dons, sans quoi ils s’exposent à des amendes salées.

La description du mandat du lobbyiste fait par ailleurs mention de « négociations avec les villes concernant une entente de gestion [contrat] des boîtes de récupération de vêtements selon laquelle la ville pourrait donner une exclusivité à un organisme de placer ces boîtes ».

En entrevue, le directeur du développement des affaires de la fondation Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal, Jean Hébert, nuance cependant la portée de ce mandat. « Dans un premier temps, l’approche est de sensibiliser les municipalités à notre réalité, pour qu’elles puissent permettre le type d’activités que nous préconisons dans leurs règlements d’urbanisme ou leurs règlements sur les nuisances », explique-t-il.

« On ne sait plus quoi faire »

En se tournant vers un lobbyiste, la fondation prend ses distances du Mouvement solidarité boîtes de dons, dans lequel elle s’est impliquée au cours des derniers mois. Celui-ci regroupe également Le Support – Fondation de la déficience intellectuelle et l’organisme Entraide diabétique du Québec. Ce trio d’organismes de bienfaisance a multiplié les démarches et les rencontres au cours de la dernière année pour lutter contre la « concurrence déloyale » des fausses boîtes de dons et militer en faveur d’un encadrement réglementaire adéquat.

« On a rencontré des maires, des urbanistes, des conseillers, on a publié de la publicité dans les journaux, on a demandé l’avis de la population, énumère la directrice générale d’Entraide diabétique du Québec, Chantal Desrosiers. On ne sait plus quoi faire. »

« Je pense que le gouvernement du Québec devrait avoir une réglementation qui influencerait les villes pour établir un standard », fait valoir Mme Desrosiers. Parce qu’à l’heure actuelle, « les villes font ce qu’elles veulent ».

« Est-ce qu’on devrait laisser nos boîtes dans les villes qui les interdisent et payer des amendes ? On n’a jamais fait ça et on n’a jamais eu l’intention de le faire, mais on se demande si c’est la stratégie qu’on devrait adopter pour survivre », ajoute la directrice du développement des affaires et des communications de l’organisme, Hélène House, qui ouvre par ailleurs la porte à une révision du modèle d’affaires.

L’an dernier, Entraide diabétique du Québec a vu son chiffre d’affaires avoisinant les 4,9 millions fondre de 35 %, estime-t-elle.

Les organismes regroupés au sein du Mouvement solidarité boîtes de dons ont tout de même une raison de se réjouir. Début juin, les élus de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce ont adopté à l’unanimité une résolution demandant à Québec « de réglementer l’industrie des conteneurs de dons d’articles usagés afin de s’assurer qu’il y a plus de transparence quant aux dons réellement donnés aux organismes de bienfaisance ».

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, n’était pas disponible pour commenter le dossier lundi.

Boîtes de dons: permis ou pas?

Interdiction complète
Berthierville
Blainville
Montréal - Anjou
Montréal - Pierrefonds-Roxboro
Saint-Bruno-de-Montarville
Ste-Anne-des-Plaines
St-Sauveur

Interdiction, sauf pour les organismes locaux
Beloeil
Farnham
Mirabel

Réglementation à venir
Chambly
Laval
Longueuil
Mascouche
Montréal - Mercier—Hochelaga-Maisonneuve

Règlement variant selon l'endroit
Boisbriand
Dorval
Drummondville
Granby
Montréal - Ahuntsic-Cartierville
Montréal - Rivières-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles
Montréal - Rosemont—La Petite-Patrie
Montréal - Saint-Laurent
Montréal - Saint-Léonard

Cette liste n'est pas exhaustive. Compilation effectuée par l'organisme Entraide diabétique du Québec


À voir en vidéo