Loi anti-tabac - Les tenanciers de bars veulent une compensation

Toronto — Les propriétaires de bars et de pubs de l'Ontario annoncent qu'ils réclameraient un dédommagement de 500 millions si le gouvernement décidait d'interdire la cigarette dans toute la province.

«Nous allons subir les conséquences de cette interdiction [...] et le gouvernement doit être prêt à nous indemniser», a déclaré hier Barry McKay, qui dirige la Coalition des bars et pubs du Canada.

L'interdiction de fumer en Ontario entraînerait des pertes annuelles de l'ordre de 180 millions sur les ventes de bière dans les bars, soutient la Coalition. Le regroupement estime qu'en tenant compte d'un montant minimum de 250 000 $ investi pour un bar et des pertes de revenus pour les survivants, le total des pertes potentielles avoisinerait les 500 millions.

La loi ontarienne sur le contrôle du tabac, adoptée en 1994, autorise actuellement les municipalités à réglementer l'usage de la cigarette dans les endroits publics et les milieux de travail. Depuis, 73 des 446 municipalités de l'Ontario ont adopté de telles réglementations, pour les restaurants seulement ou pour les restaurants et les bars. L'Association canadienne des brasseurs a constaté une baisse de ses ventes de 6 % dans les villes où l'usage de la cigarette est contrôlé, affirme M. McKay. «Les baisses se situent entre 6 et 7 %, ce qui équivaut à beaucoup de bouteilles de bière», a-t-il indiqué.

Au moins 900 petits bars seront obligés de fermer leurs portes si toutes les municipalités de l'Ontario joignent le mouvement antitabagisme, soutient la Coalition. Le regroupement réclamera 500 millions au gouvernement provincial même si c'est aux Villes de réglementer l'usage de la cigarette. «Il nous serait impossible de poursuivre 20, 30, 40 villes à la fois», a dit M. McKay.

Au cours de la campagne électorale de l'automne dernier, les libéraux ont promis d'adopter une loi provinciale qui interdirait la cigarette dans les endroits publics et les milieux de travail.