Ménages à faibles revenus - Le FRAPRU presse Québec de renouveler au plus tôt ses suppléments au loyer

Le Front d'action populaire en réaménagement urbain presse Québec d'annoncer prochainement la prolongation de l'aide financière d'urgence pour les locataires à faible revenu.

Près de 3000 ménages au Québec — dont 1900 à Montréal, plus de 200 à Gatineau, Québec et Longueuil et une centaine à Laval — bénéficient actuellement de cette aide sous forme de suppléments au loyer. Mais l'aide, qui leur permet de ne pas consacrer plus de 25 % de leur revenu à se loger, prend fin en juin prochain.

Selon le FRAPRU, l'incertitude entretenue par Québec contribuera ni plus ni moins à mettre ces ménages à la rue le 1er juillet prochain. Au moment où les propriétaires envoient leurs premiers avis d'augmentation de loyer, l'organisme craint que les locataires à très faible revenu décident de déménager devant la perspective de devoir consacrer davantage d'argent que le supplément leur permettait de payer en loyer.

Même si le taux d'inoccupation est en légère hausse dans les grandes villes, le FRAPRU précise que les loyers pour ménages à faible revenu demeurent rares.

Tout en conseillant aux ménages concernés de ne prendre aucune décision précipitée, le FRAPRU demande au ministre des Affaires municipales, Jean-Marc Fournier, de prendre position dans le dossier le plus rapidement possible. «Si on ignore la situation, des centaines sinon des milliers de familles à travers le Québec seront en sérieuses difficultés et risquent de se retrouver à la rue le 1er juillet», affirme François Saillant, coordonnateur du FRAPRU, en se demandant si c'est le choix de société qu'on est prêt à faire.

Le FRAPRU indique que le gouvernement de la province a accordé 500 suppléments au loyer d'urgence en 2001, 1150 en 2002 et 1500 en 2003 et qu'à Montréal, par exemple, l'aide moyenne accordée est de 305 $ par mois pour les suppléments au loyer octroyés en 2001, de 337 $ pour ceux de 2002 et de 429 $ pour ceux de 2003.