Montréal retrouve sa piscine olympique

Un nouveau tremplin flotte à 27 mètres au-dessus de l’eau pour accueillir les adeptes de la nouvelle discipline de la FINA: le plongeon de haut vol.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Un nouveau tremplin flotte à 27 mètres au-dessus de l’eau pour accueillir les adeptes de la nouvelle discipline de la FINA: le plongeon de haut vol.

Dès 6 heures dimanche, la piscine olympique a rouvert ses portes, et ses lignes de natation, aux habitants du quartier Hochelaga-Maisonneuve et de Montréal en général.

Le Centre sportif du Parc olympique (CSPO) avait cessé ses activités il y a 18 mois pour entreprendre des travaux de rénovation majeurs qui ont été réalisés dans le respect « des échéanciers et des budgets alloués », a précisé Michel Labrecque, président-directeur général du Parc olympique. Le budget, attribué par le gouvernement provincial, est un peu inférieur à trente millions de dollars.

M. Labrecque a rappelé qu’au CSPO, se côtoient « athlètes et citoyens des quartiers environnants ». Ces différents usagers pourront profiter d’un bassin agrandi, qui permettra de tenir des compétitions aux normes de la Fédération internationale de natation (FINA). Par ailleurs, l’ensemble du système de filtration a été remis à neuf, ainsi que toute la surface des plages et des accès aux bassins. Enfin, une nouvelle plateforme de plongeon a été ajoutée à 27 mètres de la surface de l’eau pour accueillir les adeptes de la nouvelle discipline de la FINA, le plongeon de haut vol.

Haut lieu touristique

La ministre du Tourisme, Mme Dominique Vien, a profité de sa présence à l’inauguration, dimanche, pour rappeler le plan du gouvernement en matière de tourisme. D’ici 2020, l’objectif est d’augmenter de sept millions le nombre de visiteurs annuel au Québec, de créer 50 000 emplois de plus dans le secteur, ainsi que d’engranger une hausse des recettes touristiques de sept milliards de dollars. La ministre a également rappelé l’importance symbolique du Stade olympique pour l’image de Montréal et a confirmé que la réfection de la toile du stade ferait partie des chantiers à venir prochainement.

Inauguré en 1976, le stade est aujourd’hui le deuxième lieu parmi les plus visités de la métropole, après l’oratoire Saint-Joseph. Il reçoit chaque année près d’un million de visiteurs.

2 commentaires
  • Yves Corbeil - Inscrit 25 mai 2015 10 h 34

    On aurais-tu compris quelque chose

    Je m'étonnerai toujours de ce dont les humains sont capables. Les décisions sensés qui émergent du cerveau de nos dirigeants me laisse quelquefois sans voix. Bravo pour la logique derrière celle-ci et lâchez pas il y en a pleins d'autres à prendre.

  • François Beaulé - Abonné 26 mai 2015 08 h 51

    30 millions !

    Il y a six ans, la réfection complète de la piscine du Centre Claude-Robillard a coûté 13 millions de dollars, ce qui me paraissait bien cher.

    Mais le Centre sportif du Parc olympique a réussi à faire pis. 30 millions c'est plus du double !

    Comment la direction de ce centre justifie-t-il cette énorme facture ?