Des milliers de marcheurs unis contre les génocides

La communauté montréalaise était représentée par quelques-unes de ses citoyennes les plus âgées, descendantes des Arméniens persécutés en Turquie.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La communauté montréalaise était représentée par quelques-unes de ses citoyennes les plus âgées, descendantes des Arméniens persécutés en Turquie.

Sur des airs arméniens joués par une fanfare scoute, des milliers de personnes ont marché dans les rues de Montréal dimanche pour la prévention des génocides dans le monde. Les récents actes d’intimidation envers certaines communautés ont été vivement contestés durant l’événement.

Les drapeaux de l’Arménie, de l’Ukraine, du Kurdistan, du Canada et du Québec ont flotté au vent du parc Westmount jusqu’à la Place des Arts.

Le Comité canadien du centenaire du génocide arménien, qui organisait la marche, avait en effet « établi une alliance » avec le Centre commémoratif de l’Holocauste de Montréal, Page Rwanda, le Centre Khémara et les membres des communautés juive, rwandaise tutsie, cambodgienne, ukrainienne, assyrienne, libanaise et grecque pontique.

« Nous avons décidé non seulement de nous souvenir de nos victimes, mais de faire plus, pour sensibiliser les gens à tous les génocides et crimes contre l’humanité du dernier siècle », explique Georges Tsovikian, porte-parole du comité organisateur.

Vêtus de costumes-cravates en cette chaude journée, les nombreux politiciens sortaient du lot, dont le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, le maire de Montréal, Denis Coderre, les ministres du Parti libéral du Québec Jean-Marc Fournier et Christine St-Pierre et les députés du Parti québécois Maka Kotto et Bernard Drainville. L’ambassadeur arménien au Canada, Armen Yeganian, et une survivante du génocide arménien âgée de 106 ans étaient également de la partie.

« Il y a eu des génocides planifiés, comme celui des Arméniens [en 1915], mais aussi des actes génocidaires, a souligné Gilles Duceppe, ancien chef du Bloc québécois. Je pense [au commandant anglais Jeffrey] Amherst, dont l’une des rues de Montréal porte le nom, qui donnait des couvertures avec la vérole aux autochtones [au XVIIIe siècle]. C’est épouvantable. C’était pour les éliminer. »

Après avoir déposé des bouquets de pensées près d’une reproduction du monument Tsitsernakaberd d’Erevan, en Arménie, les politiciens se sont rendus à la Place des Arts, où se déroulait une soirée pour souligner le centenaire du génocide. Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration du Canada, Chris Alexander, a participé à la soirée.

Droit international

Georges Tsovikian déplore que les génocides et crimes de guerre se poursuivent malgré les inculpations de la Cour pénale internationale et la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. « Le président [du Soudan] est inculpé pour génocide, mais personne ne l’arrête. De plus, les près de 60 000 Arméniens en Turquie sont sous pression continuelle. Leurs Églises ont été abolies. »

Le gouvernement canadien surveille quant à lui de près « les crimes contre l’humanité et le génocide possibles commis par le soi-disant État islamique ».

Aux yeux du député de Québec solidaire Amir Khadir, la problématique des tribunaux internationaux « est que les enjeux politiques et les rapports de force empêchent de procéder de manière efficace ». « Si c’était possible [de condamner les responsables turcs du génocide arménien], la Cour pénale internationale aurait de la difficulté à ne rien faire pour des dirigeants israéliens qui ont commis de nombreux actes de crimes de guerre contre les populations civiles palestiniennes depuis une vingtaine d’années. »

M. Khadir croit néanmoins au pouvoir populaire. « Ce qui est intéressant aujourd’hui est que de jeunes Turcs mettent leur gouvernement dans l’embarras pour que lui aussi reconnaisse [le génocide arménien]. »

 

Conscience « variable »


« Il y a un certain nombre d’actes qui sont commis par Israël [envers les Palestiniens] qu’on ne peut pas oublier [comme élu] lorsqu’on se lève au Parlement pour commémorer la mémoire des victimes [du génocide arménien]. On ne peut pas avoir une conscience humanitaire à géométrie variable », a dénoncé M. Khadir, lorsqu’il a été questionné sur la position canadienne dans le conflit israélo-palestinien.


 
2 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 4 mai 2015 05 h 03

    La Légende du Génocide Occulté.

    3 siecles après les Croisades, l'Omnipotent Vatican voulait que le "vulgum peccus" ignore qu'Urbain 2 avait sacrifié tant d'ouailles juste pour acheminer à Rome les Trésors de Byzance, et avec la Monarchie créèrent toute une littérature archi cucul destinée à immortaliser ds le douillet coco des Aristocrates, les " chevaliers" comme les + Grands Héros du catholicisme.

    Le mini-cerveau de Miguel était lavé par ces niaiseries et il y croyait dur comme fer. Il voulait à tout prix anéantir les Maures et se faire " preux chevalier", 300 ans après le mythe. Il partit soldat vers Jérusalem abattre les "infidèles". Il fut capturé 5 ans et libéré par des prêtres.

    Puis, il fut créancier et mis en tôle pour fraude. Ensuite, il fut barbier-errant, mais ds la Manche, il se fit remettre au cachot suite à une bataille. Le prêtre qui venait l'écouter se vanter outrancièrement de ses aventures chevaleresques, qui avait fait des Études Académiques à Paris et avait un Insigne Sens de l'Humour, n'en croyait pas ses oreilles tant il était débile et se croyait, et composa, EN FRANÇAIS, une savoureuse parodie de roman " chevaleresque" en caricaturant littéralement son pensionnaire hors-catégorie.

    Qd il fut libéré, Miguel publia le texte en espagnol. En Espagne, on aimait pas trop, mais en France, la TRES Influente Marie de Médicis cria: "au Génie!"

    Phil 2 a donc fait entrer Miguel a la cour et but ses dires tel s'il était Nostradamus.

    C'est ainsi que des milliers d'arabes convertis vivant depuis des générations en Espagne se firent expulser. Ils sont tous morts ds leur retour à pied vers le Magrheb.

    Le Vatican bp trop Puissant a tout fait pour occulter ce génocide qd la Monarchie à percuté qu'ils avaient donné tant de crédit au dernier des malotrus, abuseur de gamine.

    Pour ceux comme moi fous de cette folle anecdote, aimant l'humour et la littérature, je vous recommande chaudement de lire " le brigantin intemporel", repérable sur Google.

    Plaisir Garanti!

  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 4 mai 2015 06 h 54

    À toute l'équipe du Devoir

    Je voulais simplement CHAUDEMENT vous féliciter d'avoir choisi d'envoyer Mme Blanchette pour vous représenter à tout le Monde en parle.

    Tous vos journalistes sans exception font de l'excellent boulot que j'Admire Fiévreusement. J'ai tenté le journalisme et quel fiasco! j'ai déjà fait du 70 h sem ds 2 restos en même temps, et c'était TRÈS reposant comparer à devoir écrire des textes engagés sur les sujets de mon choix et DEVOIR plaire à la masse. Ouch! Ça duré à 2 mois et je me suis fait virée pour mes idées, alors que c'était un webzine qui se piquait d'etre "anarchiste"!

    Je me sens très privilégiée d'etre au 1 ère loge de l'expression brut de l'Impossible Talent de vos Journalistes. C'est un métier qui exige un tempérament incroyablement solide et un don que je n'ai point. Moi, ça m'exalte à lire. C'est mon gros dada. Je suis (bp) maniaque, donc ça me fait comme l'effet d'une petite drogue.

    Or les textes, TOUS LES TEXTES, de Mme Blanchette sont des Trésors du Patrimoine. Elle est TRÈS SPÉCIALEMENT mon GROS coup de cœur. J'ai lu + de 500 romans, y compris ceux des + grands Génies et croix de bois croix de fer, elle se classe en 2 eme " of all". Son talent me jette carrément sur le cul. ELLE DOIT recevoir une médaille d'impératif Français en attendant son Nobel. Et c'est une québécoise de mon époque! Ma fierté Nationale!
    Je ne lui fait même+ de commentaires, car je prenais 1000 caractères de compliments bp trop insistants que je ne pouvais contenir et ça devenait gênant. Ensuite, parler après elle, c'est mettre un gros spot sur mon insignifiance! Elle est ma Littérature D'ici. J'hais le produit des 50 maisons d'éditions de PKP, le père fouettard de notre Culture. Ma lecture, je ne la fais qu'ici, et le vendredi est la plus Spectaculaire.

    Choix ultra excitant pour moi, j'étais fière de voir ma Grande Idole, alors qu'elle n'était pour moi qu'une prodigue plume.

    Et elle vous a FANTASTIQUEMENT représentés!

    Chapeau à tous!

    Merci encore!