Lise Thibault remboursera-t-elle?

Lise Thibault avait reconnu sa culpabilité aux accusations de fraude et d’abus de confiance à l’encontre du gouvernement en décembre dernier.
Photo: Clément Allard Le Devoir Lise Thibault avait reconnu sa culpabilité aux accusations de fraude et d’abus de confiance à l’encontre du gouvernement en décembre dernier.

Lise Thibault n’a pas à rembourser autant que les 430 000 $ réclamés par la Couronne dans son procès pour fraude, a tenté de démontrer son avocat, vendredi, à l’étape des observations sur la peine au palais de justice de Québec.

Me Marc Labelle souhaite faire la démonstration que le montant à réclamer à l’ex-lieutenante-gouverneure n’est pas facilement démontrable, ce qui est une des exigences dont la cour doit tenir compte pour fixer la somme dans une ordonnance de remboursement.

La défense demande au juge Carol St-Cyr, de la Cour du Québec, de limiter le remboursement à 310 000 $ et elle réclame une peine dans la communauté, plutôt qu’en prison.

Pour appuyer ses arguments, Me Labelle a fait témoigner Réal Cloutier, le conjoint, «meilleur ami, chauffeur, garde du corps, cuisinier et assistant jardinier» de Lise Thibault, comme il s’est lui-même présenté. Il a été longtemps aide de camp de l’ancienne représentante de la reine au Québec.

Il soutient qu’il a longuement épluché ses comptes et ses caisses de documents et avec son expérience d’ancien gestionnaire du domaine de la santé il a soulevé de nombreuses anomalies dans les comptes.

Selon lui, l’allocation de 4800 $ par mois qui était accordée à Lise Thibault par le gouvernement du Québec a été virée dans le compte du cabinet plutôt que de lui être attribuée, de février 1997 à mai 1998.

Par ailleurs, M. Cloutier avance que la lieutenante-gouverneure a fréquemment déboursé de sa propre poche les dépenses de sa fonction, quand elles excédaient la subvention accordée par le fédéral.

«La marge de crédit, c’était Mme Thibault», a-t-il fait valoir. Il estime qu’il faudra poursuivre les autorités pour ravoir les sommes qu’elle a payées en trop, notamment une quarantaine de milliers de dollars.

Le procureur de la Couronne, Marcel Guimont, s’est fréquemment objecté aux déclarations colorées de M. Cloutier.

Le conjoint et aide de camp s’est indigné du traitement réservé à Lise Thibault. «Je vais écrire un livre sur cette saga», a-t-il lancé, en s’élevant contre ceux qui «ont crucifié Lise Thibault sur la place publique».

Lise Thibault avait reconnu sa culpabilité aux accusations de fraude et d’abus de confiance à l’encontre du gouvernement en décembre dernier, après d’interminables procédures judiciaires entamées depuis 2009. Les accusations de fabrication de faux documents ont été abandonnées.

Elle était passible de 14 ans de prison pour les crimes de fraude et de cinq ans pour abus de confiance.

Les procédures avaient été entamées à la suite du dépôt, en 2007, d’un rapport des vérificateurs généraux du Québec et du Canada exposant que Mme Thibault avait réclamé 700 000 $ de dépenses injustifiées.

Durant son mandat, l’ex-lieutenante-gouverneure avait fait des réclamations pour des voyages, des repas entre amis et avec sa famille, des cours de ski, de golf, et le transport, du Québec jusqu’en Floride, de voiturettes de golf spécialement adaptées.

Elle avait déjà évoqué sa condition de femme handicapée — elle est tétraplégique — pour justifier les frais reliés à ses déplacements, ses activités et sa sécurité.

Amorcé en avril dernier, le procès de Lise Thibault s’était interrompu brutalement l’été dernier, pour des raisons de santé, lors de son contre-interrogatoire.

À voir en vidéo