Québec accusé de saper la contestation

Poursuivant la mobilisation des derniers mois, plus de 900 groupes opposés à l’austérité prévoient des actions à travers le Québec ce vendredi.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Poursuivant la mobilisation des derniers mois, plus de 900 groupes opposés à l’austérité prévoient des actions à travers le Québec ce vendredi.

Contrairement aux milliers de travailleurs qui prennent d’assaut les rues ce vendredi pour protester contre les politiques d’austérité, les enseignants des cégeps, qui comptaient se joindre au mouvement, se voient forcés de donner leurs cours. Dans une décision rendue jeudi en fin de journée, la Commission des relations du travail (CRT) a déclaré illégal le débrayage du corps professoral, confortant dans sa position la partie patronale. Une situation perçue par plusieurs comme une tentative supplémentaire de mater le mouvement de contestation.

« On a clairement voulu nous museler », lance sans détour Sébastien Manka, président du Syndicat des enseignantes et enseignants du cégep Montmorency. Il rappelle que 30 syndicats d’enseignants ont voté au cours des dernières semaines en faveur d’une « grève sociale » le 1er mai, qui coïncide avec la Journée internationale des travailleurs. Or, il y a trois jours, le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC), qui représente Québec et la Fédération des cégeps, s’est adressé à la CRT pour empêcher le débrayage des milliers d’enseignants, faisant valoir qu’il violait les dispositions prévues au Code du travail. Les commissaires ont tranché en ce sens, expliquant que « le droit de grève n’est pas acquis » et que la « population a droit aux services qu’elle reçoit normalement ». « C’est tout de même un peu bizarre que le comité patronal décide de contester trois jours avant, alors qu’il connaît nos intentions depuis plusieurs semaines », souligne M. Manka, déplorant que Québec utilise un tribunal pour « faire taire un message politique ».

Au moment de publier ces lignes, plusieurs syndicats tenaient encore des assemblées générales extraordinaires pour décider si des actions auraient tout de même lieu. Le non-respect d’une décision du CRT peut entraîner de lourdes amendes pour les contrevenants.

Au ministère de l’Enseignement supérieur, qui s’occupe de commenter pour la partie patronale, on a salué la décision de la CRT, en affirmant que l’objectif de l’ordonnance visait « strictement » à assurer l’intégralité des cours auxquels les étudiants ont droit. Questionné à savoir pourquoi la démarche juridique a été entreprise seulement trois jours avant le débrayage, le porte-parole Pascal Ouellet n’a pas voulu répondre.

Comme tous les autres employés de la fonction publique, les enseignants négocient actuellement leur convention collective, et la manoeuvre de Québec « aura des effets négatifsà la table des négociations », fait valoir Francis Careau, président du Syndicat des professeurs du collège Rosemont. « Nous mettre les bâtons dans les roues si peu de jours avant la tenue de la grève… C’est sûr que ça ne va pas aider le climat déjà tendu entre nos négociateurs et les représentants du gouvernement », analyse-t-il.

La députée de Québec solidaire Manon Massé croit aussi qu’en interpellant la Commission des relations du travail, Québec a voulu « intimider les syndicats des enseignants » et qu’« il ne fera qu’aviver les tensions liées aux négociations ». Le gouvernement Couillard a « peut-être bloqué les enseignants, mais il ne pourra pas empêcher toute la mobilisation citoyenne prévue pour le 1er mai », ajoute Mme Massé. « Nous serons tout de même des milliers, à travers le Québec, à dénoncer les dangers de l’austérité. »

Mobilisations à travers le Québec

Des manifestations et perturbations sont prévues aux quatre coins de la province pour la Journée internationale des travailleurs. À Montréal, par exemple, une grande manifestation est prévue à 18 h 30 au square Philipps. Plus de 900 organisations et groupes sociaux québécois se mobiliseront, a assuré la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Des syndicats aux associations étudiantes, en passant par les organismes communautaires, la mobilisation prévue ce vendredi sera « d’une ampleur inégalée dans l’histoire récente du Québec », a même avancé la porte-parole de la Coalition, Véronique Laflamme.

Elle admet toutefois qu’il est difficile de chiffrer le nombre exact de personnes qui seront impliquées dans les diverses actions. « Chose certaine, le fait que ce soit dans toutes les régions. Ça démontre le ras-le-bol généralisé de la population envers les politiques du gouvernement. On ne sait tout simplement pas comment on peut continuer d’offrir des services avec si peu de moyens », souligne-t-elle.

15 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 1 mai 2015 04 h 37

    Musellement et intimidation

    Tout sous Couillard n'est que tissu de mensonges et violence.

    Nier l'austérité sous l'élégant vocable de rigueur, communiqué avec la même manipulation doucereuse et grossièrement susurrée qu'Harper.

    En nier les impacts tragiques sur la population, que ce soit en santé, en éducation, dans l'emploi (qui ne vient pas et ne viendra pas) et dans la désagrégation de l'État : Le « Ça fait même pas mal! » du PM, pendant que son troupeau muselé succombe à la chirurgie gouvernementale invasive ou sous son fouet saoudien rapporté de voyage en son paradis fiscal. Choisissez votre torture préférée...

    Et dire qu'il ya encore une tranche frileusement saucissonnée de la population qui appuie sa mise en esclavage en une sorte d'alliance des intimidés avec leur agresseur!

    Ce gouvernement voyou est « bully ».

    • Robert Beauchamp - Abonné 1 mai 2015 10 h 19

      Ce gouvernement découvrira peut-être plus vite qu'on le le croit qu'il y a une limite à maintenir le couvert du chaudron sous pression.

  • Yves Côté - Abonné 1 mai 2015 04 h 54

    Quel cirque !

    Ce gouvernement sait, plus que tout autre avant selon moi, saper.
    Saper comme dans sapeurs-pompiers. Mais sapeurs-pompiers cracheurs de feu, funambules et jongleurs...
    Ce gouvernement sait qu'un nombre conséquent de Québécois est coincé entre deux refus nés de leur mécontentement : celui de ne pas pouvoir voter pour le PQ actuel, pour des raisons aussi diverses que fondées, et celui de ne pas pouvoir adopter l'idée des partis tiers qui refusent la voie de l'émancipation politique des Québécois.
    Alors, encore mieux que celui de Monsieur Charest avant lui, marchant sur un fil tendu, le gouvernement Couillard se presse comme jamais auparavant d'allumer des feux de forêts d'étincelles nombreuses et opportunistes, à droite comme à gauche, les attisants ensuite avec expertise pour présenter ses troupes comme étant seules capables de contrôler le fléau.
    Habile auprès d'une population aveuglée par la tivi complice et par un remarquable nombril consumériste. Mais toutefois,dangereux, très dangereux, trop dangereux à mon goût, avec une population qui souffre d'un indiscible malaise historique...
    Particularité qui fragilise plus que toute autre le fil qui lui sert, pour l'instant, d'autoroute.
    Faire exloser les solidarités sociales pour régner est une chose, mais dans toutes les histoires de cirque, de jouer à l'acrobate léger en chaussant de gros sabots finit toujours de la même manière. Surtout lorsque de filet de sol, il n'y a pas...

    Vive le Québec libre !

    De France, quelques brins de muguet à toutes et tous.
    Et merci de votre lecture.

  • David Sanschagrin - Inscrit 1 mai 2015 05 h 01

    L'éducation, droit ou don?

    Je suis un peu confus... est-ce que l'éducation est un "don" comme le disait le ministre de l'Éducation ou est-ce un "droit"?

  • Sylvain Rivest - Abonné 1 mai 2015 06 h 28

    La priorité aux services à la population...

    Ce gouvernement, qui est entrain de détruire les services à la population, se voudrait le protecteur du citoyen face aux employés de l'état? Quel hypocrisie! Quelle farce!

    Ce gouvernement doit être déclaré illégal car il ne remplie pas les conditions pour lesquels il a état élu! Le peuple doit sortir de sa torpeur et expulser de force ces gens malhonnêtes hors de NOTRE parlement?

  • Raymond Chalifoux - Abonné 1 mai 2015 06 h 35

    "Ta gueule, dans ta chambre, pis pas t'l'heure, tu-suite!"

    La gestion "bon père de famille" de la démocratie, au Québec, version Parti Libéral, depuis le printemps 2012.

    Levez la main, ceux qui ont voté pour ça!