Julie Snyder se dit victime d’une vendetta

Julie Snyder est persuadée qu’on s’attaque à elle en raison de ses liens personnels avec Pierre Karl Péladeau.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Julie Snyder est persuadée qu’on s’attaque à elle en raison de ses liens personnels avec Pierre Karl Péladeau.

« Moi aussi, j’ai le droit de gagner ma vie. » Julie Snyder, la productrice, est blanche de colère. Des changements proposés au crédit d’impôt pour la production télévisuelle dans le plus récent budget Leitão menacent carrément la survie de « sa » compagnie, les Productions J, affirme-t-elle. Si bien qu’elle envisage de poursuivre le gouvernement du Québec pour faire annuler cette mesure « discriminatoire », voire « sexiste ».

« Ça, c’est une formule anti-Julie Snyder », lâche-t-elle en entrevue au Devoir.

« Ça », ce sont les changements apportés au Crédit d’impôt remboursable pour la production cinématographique et télévisuelle, le 26 mars dernier, dans le budget. Une mesure passée inaperçue alors que le gouvernement Couillard se targuait d’avoir bonifié de nombreux crédits destinés à l’industrie culturelle. Une mesure qui a pour effet de retirer aux Productions J de précieux crédits d’impôt, au motif que l’entreprise n’est pas « indépendante », une bonne partie de ses productions allant à un seul et même client, soit TVA.

Le gouvernement libéral a supprimé des changements apportés dans les derniers jours du gouvernement de Pauline Marois, en 2014, et pour lesquels tant TVA que Productions J auraient longuement exercé des pressions, selon La Presse. Ces changements, effectués contre l’avis des fonctionnaires du ministère de la Culture, visaient à clarifier l’admissibilité de certaines compagnies de productions « liées » à des télédiffuseurs à ces crédits destinés aux producteurs indépendants. N’étant pas une filiale de TVA, Productions J maintient qu’elle devrait être considérée comme indépendante, et bénéficier de ce crédit. Mais les libéraux perçoivent les choses autrement, jugeant que l’entreprise productrice de La voix et de Star Académie jouit d’un certain avantage en raison de son « lien » avec TVA.

La compagne de quelquun dautre

Julie Snyder y voit une vendetta. Elle est persuadée qu’on s’attaque à elle non pas en raison de la position de chef de file des Productions J dans l’industrie — le crédit ayant été introduit pour créer et consolider une industrie de la production indépendante des télédiffuseurs —, mais en raison de ses liens personnels avec Pierre Karl Péladeau. Car elle a également d’autres clients. Pas plus tard que lundi soir, l’une de ses productions, un documentaire sur les 75 ans du droit de vote des Québécoises, était diffusée en première sur Télé-Québec, fait-elle valoir.

« Ce que fait le gouvernement, c’est d’insinuer que je ne suis que la conjointe de quelqu’un. Que si j’ai des contrats, c’est parce que je suis la compagne de quelqu’un d’autre. C’est super discriminatoire », dit-elle, larmes aux yeux.

L’entreprise n’a pas voulu dévoiler quel impact financier réel les changements annoncés pourraient avoir sur sa situation financière. À en croire Julie Snyder, il s’agit d’une question de vie ou de mort. Ces crédits représenteraient, au minimum, « plusieurs » centaines de milliers de dollars, a pour sa part laissé entendre Benoît Clermont, vice-président aux affaires juridiques et commerciales de l’entreprise.

Sans ces crédits d’impôt, les émissions produites par l’entreprise de Mme Snyder verraient leur facture enfler considérablement, perdant ainsi de leur avantage concurrentiel par rapport à celles d’autres compagnies de production aux yeux des télédiffuseurs.

« S’il faut que j’aille devant les tribunaux pour démontrer mon statut de productrice indépendante, je vais y aller. Si je veux que mon entreprise survive, je n’aurai pas le choix. Car elle est bel et bien indépendante. […] [Sinon] c’est quoi ? Soit je ferme ma compagnie, soit je me sépare de Pierre Karl. »

Définir l’indépendance

« Peu importe ce qui va m’arriver dans ma vie de femme, je suis et je serai toujours une productrice indépendante. […] Je suis considérée comme productrice indépendante par mon Association, par mes pairs. Tout le monde le reconnaît. »

Dans une lettre préparée en février 2014 — soit quelques semaines avant que le ministre péquiste des Finances Nicolas Marceau apporte les changements à la loi —, l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM) affirmait en effet considérer les Productions J comme une entreprise « indépendante au sens des statuts et règlements de l’AQPM ». La directrice générale de l’organisme, Claire Samson, précisait toutefois que l’AQPM ne s’est jamais prononcée sur l’admissibilité des Productions J au programme du crédit à la production télévisuelle québécoise. « Il n’appartient pas à l’AQPM d’interpréter les lois fiscales », écrivait-elle.

Au moment de cette déclaration, Julie Snyder était séparée de M. Péladeau. Il s’est depuis lancé en politique québécoise, ils ont renoué et prévoient se marier prochainement.

Aujourd’hui devenue députée de la Coalition avenir Québec, l’ex-directrice générale de l’AQPM ne partage pas le point de vue de Mme Snyder. « Je ne crois pas qu’on s’attaque à elle personnellement avec ces changements […]. La situation présente entre Productions J et TVA est particulière. »

Du côté du gouvernement de Philippe Couillard, on se défend bien d’avoir ciblé spécifiquement l’entreprise de Mme Snyder, même s’il s’agirait de la seule à subir les impacts de ces changements. Québec a procédé à ces modifications pour « assurer l’équilibre qui existait auparavant, afin de protéger les producteurs indépendants », a indiqué une porte-parole du ministre Leitão, Andrée-Lyne Hallé.

De son côté, le Parti québécois soutient que Productions J devrait demeurer admissible au crédit d’impôt. « L’admissibilité de l’entreprise doit être déterminée par des critères objectifs. Pas selon qui sort avec qui », a affirmé une porte-parole du caucus péquiste, Antonine Yaccarini.

Julie Snyder, elle, promet d’aller jusqu’au bout pour assurer le rétablissement de ces précieux crédits.

«Ce que fait le gouvernement, c’est d’insinuer que je ne suis que la conjointe de quelqu’un. Que si j’ai des contrats, c’est parce que je suis la compagne de quelqu’un d’autre. C’est super discriminatoire.»

La productrice Julie Snyder


À voir en vidéo