Une grande marche contre l’euthanasie

Paris — Entre 11 000 manifestants selon la police et 45 000 selon les organisateurs ont défilé lors d’une « marche pour la vie » dimanche, à Paris, contre la « menace de l’euthanasie » en France, quelques jours après un débat parlementaire sur ce sujet sensible.

« Ce n’est pas à nous de décider qui doit vivre ou mourir », expliquait Isabelle, ancienne infirmière venue défiler en famille. Cette marche, traditionnellement vouée à la dénonciation de l’avortement, avait choisi pour sa 10e édition de s’élever contre « la légalisation de gestes euthanasiques », après un débat mercredi sur la fin de vie à l’Assemblée nationale.

Parmi les manifestants figurait la mère d’un tétraplégique français en état végétatif, au coeur d’un feuilleton judiciaire dont a été saisie la Cour européenne des droits de l’homme. Victime d’un grave accident de la route en 2008, Vincent Lambert souffre de lésions cérébrales irréversibles et son état n’a cessé de se dégrader, mais si son épouse souhaite le « laisser partir », ses parents, catholiques traditionalistes, s’y opposent. Le débat parlementaire de mercredi était une première étape avant l’examen en mars d’un projet de loi qui prévoit d’autoriser une « sédation profonde et continue » jusqu’au décès pour certains malades incurables.

Législation au programme

Le président socialiste François Hollande, qui avait promis avant son élection en 2012 un droit à « une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité », avance prudemment sur les sujets de société depuis la légalisation en 2013 du mariage homosexuel, contestée par une partie de la droite. Sur la fin de vie, le pouvoir socialiste espère trouver un consensus avec l’opposition.

L’euthanasie n’est formellement légale en Europe que dans trois pays (Pays-Bas, Belgique, Luxembourg). La Suisse, elle, a légalisé le suicide assisté (la personne prend elle-même la dose mortelle).

1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 26 janvier 2015 09 h 18

    Marche pour les vivants en fin de vie

    Le temps est arrivé de passer de «Marche pour la vie» à une Marche pour les droits des personnes vivantes en fin de vie. La Personne qui vie avant la vie. Primauté à l'autonomie de chaque personne, à son recpect, à son libre-choix, à sa liberté ultime.

    Le temps aussi arrivé de parler davantage des Soins de fin de vie appropriés et personnalisés que de la Fin de la vie.

    Le temps est arrivé de souligner que l'euthanasie n'est pas légale dans 3 pays d'Europe, mais que la demande d'euthanasie est légale. Et ce que la loi permet, SOUS conditions, c'est d'aider activement une personne mourante à mourir. L'euthanasie sous conditions.

    Rassurant de savoir que la grande majorité des demandes d'euthanasie sont refusées. Rassurant aussi de savoir que cette demande refusée conduit à des soins plus appropriés pour ces demandeurs. Apaisant socialement aussi de voir que les gens utilisent moins le suicide pour terminer leur vie.