#JeSuisCharlie: le monde entier exprime son soutien

Entre vigiles et messages d’indignation, la communauté internationale a aussi exprimé son soutien à Charlie Hebdo au moyen des réseaux sociaux. Le mot-clé de ralliement #JeSuisCharlie a ainsi été repris plus de 250 000 fois sur Twitter en quelques heures — et a été décliné dans plusieurs langues.

La bannière « Je suis Charlie », lettres grises ou blanches sur fond noir, a été partagée abondamment à travers le monde. De nombreuses rédactions — dont celles du Devoir, de Radio-Canada ou du Monde — ont publié des photos de leurs journalistes tenant cette bannière en guise de solidarité et d’appui à la liberté d’expression. Plusieurs autres organismes ou citoyens ont fait de même, alors que de nombreux dessinateurs de presse rendaient hommage à leurs collègues disparus à leur façon: par un trait de crayon.

Les internautes ont aussi été nombreux à partager les dessins de Charlie Hebdo tout au long de la journée. Le dernier Tweet du journal, une caricature réalisée par Honoré et publiée à 11 h 28 (soit quelques instants avant la fusillade), a été partagé plus de 30 000 fois. Le dessinateur fait partie des 12 victimes.

Un dessin de Charb, directeur de la publication, autre victime des tireurs, a également été partagé abondamment. « Toujours pas d’attentats en France », titre la caricature aux allures prémonitoires. Sous cette phrase, un personnage armé d’une mitraillette dit : « Attendez ! On a jusqu’à la fin janvier pour présenter ses voeux. »

Quelques messages à contre-sens (« Je ne suis pas Charlie », clamaient certains) ont aussi été publiés.

À voir en vidéo