Magnotta était en psychose, dit un témoin expert

Un témoin expert appelé à la barre par la défense a estimé jeudi que Luka Rocco Magnotta était dans un état de psychose lorsqu’il a assassiné Jun Lin, et bien qu’il ait été conscient de ce qu’il faisait, il ne réalisait pas que c’était mal.

La psychiatre Marie-Frédérique Allard a été embauchée par la défense pour déterminer si Magnotta est criminellement responsable du meurtre de l’étudiant chinois, un élément clé pour l’avocat de l’accusé. Magnotta est accusé du meurtre prémédité de l’étudiant chinois Jun Lin, en mai 2012, pour lequel il plaide l’aliénation mentale.

La psychiatre a dit aux jurés, jeudi après-midi, qu’elle croit que Magnotta souffrait de schizophrénie lorsqu’il a tué et démembré Jun Lin. Selon elle, sa perception de la réalité était déformée. Avant de tirer cette conclusion, la docteure Allard a pu consulter la preuve et les différents dossiers médicaux de l’accusé, et a rencontré à plusieurs reprises Magnotta, pendant environ 25 heures en tout, à partir de décembre 2013.

La psychiatre a ajouté que l’accusé était un de ses cas les plus difficiles, parce qu’il souffrait de schizophrénie tout en minimisant ses troubles mentaux.

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 7 novembre 2014 07 h 47

    Je ne comprends pas toutes les nuances des psy

    Je ne suis pas "psy" et j'ai de la difficulté à comprendre qu'une personne peut être incapable de savoir ce qu'elle fait et en même temps capable de distinguer le bien du mal ... ce qui permettrait de déclarer cette personne non criminellement responsable ! J'espère que membres du jury réussiront à bien saisir les nuances des psy.

  • Véronique Lévis - Inscrite 7 novembre 2014 11 h 11

    Je ne suis pas juge, mais...

    Je pense qu'il était (est) vraiment malade... Mais... il devrait être enfermé et être soigné, il est un danger pour la société!