Crise du logement dans Côte-des-Neiges

La situation des locataires dans Côte-des-Neiges est tout simplement «misérable».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La situation des locataires dans Côte-des-Neiges est tout simplement «misérable».

Près d’un ménage immigrant sur cinq du quartier Côte-des-Neiges consacre plus de 80 % de ses revenus au logement, révèlent des données compilées par l’organisme fédéral à la demande du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

La situation des locataires dans Côte-des-Neiges est tout simplement « misérable », démontre le portrait tracé par Statistique Canada dans ce quartier à forte composition immigrante de la métropole.

Les locataires, qui comptent pour près de 80 % des ménages résidant dans le quartier Côte-des-Neiges, paient un loyer médian de 716 $. Or, pour les 20 000 ménages issus de l’immigration récente, la part consacrée au loyer atteint des proportions inquiétantes.

Pas moins de 19 % des ménages récemment immigrés allouent plus de 80 % de leurs revenus au logement et le tiers y engloutit la moitié, alors que la norme acceptée oscille habituellement autour de 30 % des revenus consacrés au logement.

Plus encore, ces mêmes chiffres démontrent que 40 % des immigrants récents habitent un logement surpeuplé, comparativement à seulement 12 % des autres ménages montréalais.

« À notre connaissance c’est le pire de tous les quartiers à Montréal et c’est le pire de tous à l’échelle québécoise. Le seul autre où les données pourraient s’apparenter, c’est dans le quartier de Parc-Extension, qui compte aussi une forte proportion de ménages immigrants », estime François Saillant, porte-parole du FRAPRU, qui mène présentement une tournée à travers le Québec pour faire connaître son rapport intitulé Le Dossier noir sur le logement et la pauvreté.

Quoique moins dramatique, la situation n’est guère facile pour une bonne proportion des ménages non immigrants du quartier Côte-des-neiges dont 44 % des locataires doivent versent plus que l’équivalent de 30 % de leur salaire pour se loger, 24 % plus de la moitié et 12 % plus de 80 %. La situation des locataires s’est par ailleurs détériorée en 2006 et 2011, dans ce quartier qui englobe

En sus, le rapport souligne que près de 12 % des logements du quartier (3970) auraient besoin de « réparations majeures ».

Le FRAPRU souligne que malgré ce contexte, seulement 9 logements sociaux ont été mis en chantier sur le territoire englobant les quartiers Côte-des-Neiges, Outremont, Côte-Saint-Luc, Notre-Dame-de-Grâce, ville Mont-Royal, Wesmount, Hampstead et Montréal-Ouest, alors que 1597 unités de condos y ont été construites.

Le dossier noir du logement dans Côte-des-Neiges

Part des revenus consacrés au loyer

Immigrants : 19% des ménages consacrent 80%

32% des ménages consacrent 50%

Non immigrants : 12% consacrent 80%

24% consacrent plus de 50%

Réparations majeures : 12% des 34 640 logements