L’oncle de Vincent Lacroix doit retourner 500 000$ au syndic de Norbourg

Les victimes de Vincent Lacroix peuvent espérer récupérer un peu plus de leur argent : la Cour d’appel vient d’ordonner à l’oncle de l’ancienne tête dirigeante de Norbourg de retourner 500 000 $ au syndic de faillite.

Cet argent ira dans un fonds commun géré par le syndic et servira éventuellement à rembourser ses créanciers, dont les investisseurs floués.

Le syndic de la faillite de Vincent Lacroix, Ernst Young, tentait depuis un bon moment de récupérer cet argent. Il avait perdu en 2012 devant la Cour supérieure, mais dans un jugement rendu vendredi, la Cour d’appel lui a donné raison. Par contre, il est impossible de savoir pour le moment si l’oncle du failli, Robert Simoneau, est solvable et s’il pourra remettre ce demi-million de dollars au syndic.

Ce jugement découle d’une transaction survenue entre Vincent Lacroix et son oncle par alliance en 2003. L’oncle avait avancé à Lacroix plus de 400 000 $ pour l’aider à démarrer ses sociétés de gestion d’actifs. Il devenait ainsi propriétaire de 300 000 actions de Norbourg.

Les deux tiers de ces actions avaient été rachetés par Lacroix en 2002. Ainsi, en 2003, Robert Simoneau ne possédait plus que 100 000 actions. Cette année-là, Lacroix a racheté ce dernier bloc d’actions pour 600 000 $, soit six fois leur prix d’acquisition de 1 $ l’action.

Une ordonnance de faillite est prononcée en 2006 contre Vincent Lacroix.

À voir en vidéo