Pistorius: cinq ans de prison

Pretoria — Le champion paralympique Oscar Pistorius a été condamné mardi en Afrique du Sud à une peine de cinq ans d’emprisonnement pour l’homicide coupable de son amie de coeur, Reeva Steenkamp, survenu le 14 février 2013.

Pistorius a aussitôt été emmené par la police pour commencer à purger sa peine.

Lors du prononcé de la sentence, la juge Thokozile Masipa, qui avait présidé le long procès au Palais de justice de Pretoria, a déclaré que l’accusé avait démontré une «grande négligence» lorsqu’il a tiré plusieurs coups de feu à travers la porte de la salle de bain de sa résidence. Mme Steenkamp s’y trouvait et elle a été atteinte mortellement.

Pistorius pourrait être remis en liberté après 10 mois derrière les barreaux et purger le reste de sa peine à domicile, selon ce qu’ont expliqué des experts.

La juge Masipa a aussi condamné l’athlète amputé des deux jambes à une peine suspendue de trois ans d’emprisonnement pour usage illégal d’une arme à feu dans un autre incident survenu quelques semaines avant la mort de Steenkamp. Cette sentence est suspendue pendant cinq ans pour autant que Pistorius ne soit pas reconnu coupable d’un autre crime associé aux armes à feu.

Thokozile Masipa a rendu sa décision après avoir entendu les procureurs réclamer une peine sévère et les avocats de Pistorius implorer sa clémence. Ces derniers avaient notamment fait valoir que Pistorius avait déjà grandement souffert, financièrement et émotivement, de ce qu’ils ont appelé un accident.

«Peine juste et appropriée»

La juge Masipa avait reconnu Pistorius coupable d’homicide coupable, le mois dernier, mais l’avait innocenté des accusations beaucoup plus graves de meurtre qui pesaient contre lui. «Je considère que ce qui suit est une peine juste et appropriée autant pour la société que pour l’accusé», a-t-elle dit au moment d’annoncer son verdict.

Pendant que la juge livrait sa peine, Oscar Pistorius s’est tenu debout. Il a ensuite quitté la salle d’audience et a descendu un escalier le conduisant à une cellule.

Ni les procureurs du ministère public ni les avocats d’Oscar Pistorius n’ont fait savoir s’ils comptent porter la décision en appel. Un porte-parole du bureau des procureurs, Nathi Mncube, s’est toutefois déclaré déçu de la condamnation pour homicide coupable.

«Nous n’avons pas encore décidé si nous irons en appel ou non», a-t-il dit. Il a ajouté avoir un «appétit» pour un appel, mais les procureurs disposent de 14 jours pour prendre une décision. «Nous sommes satisfaits de savoir que [Pistorius] passera un peu de temps en prison», a-t-il ajouté.

Mncube a ensuite déclaré que le public sud-africain sera probablement satisfait puisque le système de justice a démontré qu’il est «fonctionnel. Ce n’est pas seulement une question de vengeance mais on doit aussi s’assurer que le processus est juste et équitable.»

Au moins 10 mois

 

La juge Masipa disposait d’une importante latitude quant à la peine à imposer à Pistorius, allant d’une sentence suspendue ou d’une assignation à domicile jusqu’à 15 ans de prison. «Je crois qu’une peine sans incarcération enverrait le mauvais message à la communauté, a-t-elle dit après avoir résumé le dossier. D’un autre côté, une longue peine ne serait pas non plus appropriée puisqu’elle serait sans compassion.»

Le criminaliste Marius du Toit a expliqué que Pistorius devra purger un sixième de sa peine en prison, soit 10 mois, avant d’être admissible à une assignation à domicile. «C’est une peine appropriée», a-t-il déclaré, expliquant qu’une peine plus lourde aurait été impossible «puisqu’on ne peut pas élever la sentence au niveau du meurtre».

La salle d’audience était bondée pour le prononcé de la sentence. Les parents de Reeva Steenkamp étaient notamment présents.

Une femme a remis trois roses blanches à Pistorius en guise d’appui. À l’extérieur du tribunal, un homme déguisé en prisonnier portait un écriteau qui demandait «Est-ce que certains criminels sont plus égaux que d’autres aux yeux de la loi?»

 

Pas de compétitions

D'autre part, le Comité international paralympique a fait savoir que Pistorius, qui revendique six médailles d’or paralympiques ne sera pas autorisé à compétitionner pendant les cinq ans de sa sentence d’emprisonnement.

LE CIP a déclaré que même si Pistorius était remis en liberté et purgeait le reste de sa peine à domicile, ses règlements lui interdisent de participer à des épreuves paralympiques pendant les cinq années complètes.

Pistorius, âgé de 27 ans, ne pourra donc prendre part aux Jeux paralympiques de Rio de Janeiro en 2016.

 

En 2012, Pistorius est devenu le premier sprinter double amputé à prendre part aux Jeux olympiques et aux Jeux paralympiques à Londres.

À voir en vidéo