Les Algonquins plaident devant la Cour supérieure

Les Algonquins qui vivent dans la forêt de la réserve de La Vérendrye ont eu l’occasion de présenter leurs arguments au juge de la Cour supérieure à Montréal lundi, afin de le convaincre de délivrer une injonction pour obliger Louisiana Pacific de cesser les coupes forestières. Mardi, l’avocat de la compagnie présentera ses arguments. Les membres de la Nation algonquine du bassin versant de la rivière des Outaouais estiment que ces activités de coupes à blanc menacent l’écosystème. « On est dépendants de ce territoire pour survivre […] Ça va avoir un effet sur notre économie et sur la façon dont on gagne notre vie », affirme Charles Ratt. Louisiana Pacific n’a pas donné suite à la demande d’entrevue du Devoir.